??????????????

Me Wade attaque en vue de la présidentielle de 2017 «Si vous aimez le Sénégal, ne le confiez pas aux socialistes»

 L’ancien président de la République Me Abdoulaye Wade s’attaque au régime socialiste, priant que Ousmane Tanor Dieng et sa bande ne reviennent plus au pouvoir. Le père de Karim Wade est d’avis que les deux anciens présidents socialistes sont à l’origine du retard que le Sénégal a connu.

Le secrétaire général du parti démocratique sénégalais (Pds), Me Abdoualye Wade, vient d’ouvrir un autre front, en s’attaquant à l’ancien parti au pouvoir. Cette mèche a été allumée dans le luxueux  salon d’Aliou Sow, ancien ministre de la jeunesse, le weekend dernier. Avant de commencer à dénigrer les socialistes, il s’est assuré d’abord qu’il n’y avait pas de socialiste dans le salon. Comme des choristes à la cathédrale, tout le monde a dit : «non, nous sommes plutôt des libéraux.» Alors, Me Abdoulaye Wade repositionne son bonnet, se racle la gorge et c’était parti pour vouer les socialistes aux gémonies. «Je ne vois pas un pays se développer avec le socialisme. Donc, je vous conseille, si vous aimez ce pays, ne le confiez pas aux socialistes», a-t-il prévenu. Se voulant plus explicite, Me Wade de comparer les régimes : «ce que j’avais fait en tant que libéral, les anciens présidents de la République, Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf ne l’ont pas fait. Ils ne faisaient que retarder ce pays avec leurs histoires de socialisme. Moi, rien qu’avec le plan Jaxaay et l’autoroute à péage, je les ai devancés de très loin, même sur le plan social qu’ils réclament. Qui dit mieux ?» Poursuivant, il enseignera que beaucoup de régimes socialistes l’ont compris, en s’adjuvant au socialisme démocratique. Vantant pendant plus d’une demi-heure ses réalisations. Me Abdoulaye Wade laissera entendre qu’il a même été sollicité par les Russes désireux de bénéficier de ses projets sociaux.

Ibrahima Khalil DIEME

 

Voir aussi

telechargement-6

INSECURITE ET SERIE DE MEURTRES Oumar fait … Maal aux Sénégalais

Le sang jaillit, coule et coule encore. Les esprits et les regards des citoyens sont …