telechargement

ME YERIM THIAM AVOCAT DE L’ETAT « Tous les biens de Mme Aïda Ndiongue n’ont pas été saisis »

Les avocats de l’Etat du Sénégal ont fait face à la presse, hier, pour expliquer les raisons de la condamnation de Mme Aïda Ndiongue par la Cour suprême à un an de prison ferme, en plus de la confiscation de ses biens et d’une amende de deux millions de nos francs. Selon les défenseurs de l’Etat, l’ex sénatrice libérale ne pouvait pas bénéficier du sursis.

Les libéraux ont occupé la scène médiatique ces derniers jours pour contester la décision qui condamne l’ex sénatrice libérale, Aïda Ndiongue, à un an de prison ferme en plus de la confiscation de ses biens et d’une amende de deux millions de nos francs. C’est sur ces entrefaites que les avocats de l’Etat du Sénégal sont montés eux aussi au créneau pour apporter des précisions concernant ladite décision. Selon Me Yérim Thiam, la Cour d’appel, lors de son jugement, a constaté et déclaré Mme Aïda Ndiongue coupable des faits qui lui étaient reprochés. Ainsi, une peine assortie du sursis lui a été infligée.

« Cependant, la loi dit que si Aïda Ndiongue n’a pas remboursé, elle ne peut pas avoir le bénéfice du sursis. Par ailleurs, la loi dit également que la confiscation des biens est obligatoirement prononcée », a dit la robe noire. Avant de continuer : « La Cour suprême a simplement constaté que d’après la Cour d’appel, Mme Aïda Ndiongue s’est rendue coupable du délit d’escroquerie portant sur des deniers publics. La Cour a aussi constaté que Mme Aïda Ndiongue n’a pas remboursé les sommes qui lui étaient été reprochées d’avoir escroqué. Dans cette condition, la Cour de Cassation fait une application stricte de la loi ».
Les avocats de l’Etat du Sénégal ont refusé de faire une appréciation sur la peine qui a été décidée par cette juridiction. « Nous, les avocats de l’Etat du Sénégal, partie civile dans cette affaire, la peine en tant que telle, ça ne nous concerne pas », déclarent-ils.

« On parle de milliards, et tous les jours, dans vos journaux, nous voyons des commentaires, des comptes rendus sur des décisions de petits voleurs. Alors, quand on parle de milliards, moi je suis un peu étonné », a déclaré Me Yérim Thiam. En réponse à ceux qui estiment que la peine prononcée à l’encontre de Mme Aïda Ndiongue est lourde, les défenseurs de l’Etat du Sénégal ont rappelé qu’on parle de détournement à hauteur de plusieurs milliards et ça nous concerne nous et nos enfants ainsi que nos parents. « Elle aurait pu être beaucoup plus sévère sans être lourde. Si vous aviez lu l’arrêt, vous aurez compris pourquoi Aïda Ndiongue a été condamnée », renchérit Me Thiam.

A propos des saisis, Me Thiam précise que la Cour n’a pas saisi tous les biens de Mme Aïda Ndiongue. Ce que la Cour a dit, selon lui, c’est qu’elle ordonne la confiscation des biens saisis. « Ce sont donc uniquement les biens qui ont été saisis au début de la procédure. Ce sont ces biens-là qui ont été confisqués. Elle n’a pas remboursé, donc la confiscation des biens est obligatoire. Ce n’est pas une peine laissée à l’appréciation du juge. C’est une peine que le législateur a intégré dans le texte », a encore expliqué Me Yérim Thiam.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

telechargement-5

ÉRECTION D’UNE BUVETTE SUR LA CORNICHE Aby Ndour persiste, Atépa annonce une plainte…

Entre Aby Ndour et l’Association Sos Littoral, la guerre est à son paroxysme. Atépa a …

One comment

  1. Nous avons tous un cœur. Aïda Diongue n’est pas une pierre, c’est une femme, une mère, une sœur. Nous sommes juges avocats ou autres. Nous sommes des croyants et DIEU nous attends et on ne sait pas Quand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *