Accueil / ACTUALITES / Le Médiateur s’offre en facilitateur de la crise scolaire

Le Médiateur s’offre en facilitateur de la crise scolaire

Le Médiateur de la République fait des propositions à l’Etat et aux syndicats d’enseignant et s’offre en «facilitateur». Dans un communiqué reçu vendredi à «l’APS», Me Alioune Badara Cissé «s’offre en facilitateur d’un tel dialogue de sortie de crise si les parties en convenaient ». Il propose «un cantonnement de la prime de logement pour les enseignants de l’élémentaire à 85.000 francs Cfa avec une hausse à intervenir sur les prochaines années et ne sachant dépasser 100.000 francs Cfa». A cela s’ajoute «une généralisation de l’indemnité de logement à 100.000 francs Cfa pour les enseignants du moyen et du secondaire, avec une hausse à intervenir sur les prochaines années, selon un échéancier convenu d’accord parties pour atteindre 125.000 francs Cfa pour les titulaires du bac plus 2, 150.000 francs Cfa pour les titulaires d’un Bac plus 4 et 200.000 francs pour les titulaires d’un Bac plus 8». Me Alioune Badara Cissé «sollicite de la part des parties prenantes une attention particulière à la prééminence des intérêts supérieurs du Sénégal dont nous avons la responsabilité de préserver ». Il «appelle solennellement les autorités de l’Etat et les organisations syndicales d’enseignants, tous corps confondus, à renouer le dialogue autour des propositions nouvelles (…)». Car, dit-il, «la situation de crise qui prévaut dans le secteur de l’éducation, de l’enseignement et de la formation affecte lourdement la notoriété historique de notre système scolaire».

Le Médiateur ajoute que «la rupture du dialogue entre l’Etat dont les enseignants sont membres à part entière et les corporations en charge de défendre leurs intérêts matériels et moraux, va inévitablement vers une année blanche si un terme n’y est pas mis». Le Médiateur estime que «ce serait un fulgurant retour en arrière après les acquis enregistrés au cours de l’année scolaire 2016-2017». «L’espoir qui renaquit alors s’est très vite éteint devant les positions jusqu’au boutiste des uns et des autres, prenant ainsi en otage, non seulement parents et apprenants, mais aussi tous les objectifs de croissance à plus ou moins long terme auxquels notre pays s’est engagé et doit s’assujettir», regrette-t-il. «Le traumatisme sur les élèves est incommensurable avec la hantise de devoir reprendre l’année ; il l’est aussi pour les parents qui devront répéter les dépenses déjà lourdes de l’année en cours», souligne le Médiateur de la République. «Pendant que notre pays marque le pas, d’autres avancent à grands pas, nous rattrapent puis nous dépassent le long des autoroutes du savoir, pur ferment de lendemains meilleurs pour nos nations», fait-il remarquer.

À voir aussi

Dette de 16 milliards FCFA : Début de paiement des écoles privées

Les écoles privées d’enseignement supérieur, qui ont renvoyé des classes les étudiants orientés par l’Etat …

Ziguinchor : Un touriste retrouvé mort dans un hôtel

C’est la Rfm qui donne l’information. Un touriste de nationalité Suisse a été retrouvé mort …