Accueil / POLITIQUE / Médiation ds chefs religieux dans la tension politique: Ndiassane donne le ton

Médiation ds chefs religieux dans la tension politique: Ndiassane donne le ton

Il ne fait plus de doute que la tension est montée d’un cran au Sénégal, après les opérations sur le parrainage, avec l’exclusion d’au moins 20 potentiels candidats de la présidentielle.

Mes amis observateurs ont l’habitude de dire que ‘’c’est comme ça à chaque veille d’élection’’. Et ils ont raison. Sauf qu’on ne joue pas avec le feu car, un jour, on peut se brûler.

Rappelez-vous qu’en 2012, nous avions perdu beaucoup de personnes dont Mamadou Diop. Il ne faudrait pas que cela se reproduise.

En clair, quels que soient la solidité de nos institutions et le caractère républicain de nos forces de défense, alliés à la culture politique poussée de notre peuple, nous n’avons pas le droit de trop tirer sur la corde, en se disant que ‘’rien ne va se passer’’.

C’est pourquoi, les guides religieux, ces médiateurs sociaux de toujours, sont très attendus. Comme à la veille d’élections importantes, ils ont sans doute le devoir de s’adresser aux disciples, aux Sénégalais tout court, pour leur rappeler les principes du ‘’commun-vivre-ensemble’’.

Dans cette dynamique, l’appel lancé par le nouveau Khalife de Ndiassane  Cheikh Bécaye Kounta, montre la voie à suivre.

Selon ce dernier dont le message a été publié dans l’Aps hier,  ’’A Allah appartient le pouvoir. Il le donne à qui il veut et l’arrache à qui il veut, donc que ceux qui le convoitent le fassent de la meilleure manière’’. Il renchérit : ’’Quand on partage un même pays qu’on ne peut se partager et auquel personne ne veut renoncer, il faut vivre en bonne intelligence’’.

Mieux, continue-t-il, ’’Que tout le monde sache que Dieu a déjà décidé de celui à qui Il donnera le pouvoir’’. Et invite ’’tout le monde à ne pas chercher à arracher aux autres ce qu’ils ont entre leurs mains, à ne pas laisser libre cours à la parole, au risque de blesser autrui et de se garder de faire du mal’’, tout en prenant le soin de préciser : ’’Que ceux qui sont au pouvoir sachent que ce qui est entre leurs mains appartient au peuple’.

Un message fort qui n’est pas un pamphlet destiné à plaire à qui que ce soit. Il s’inscrit dans une logique d’alerte et de conscientisation des masses populaires qui, trop souvent, s’engagent dans des violences sans pour autant toujours savoir ce qu’elles font.

Bien sûr, Touba avait déjà donné le ton lors du Grand Magal et l’Eglise ne rate pas une occasion de lancer des appels, mais il est important, compte tenu de la tension dans l’air, que toutes les forces vives de la Nation s’engagent fermement et ouvertement.

Feu Abdou Aziz Dabakh et bien d’autres guides religieux aujourd’hui disparus, avaient mené de fortes activités de médiation entre Diouf et Wade pour éviter que le pays ne connaisse l’instabilité.

La réalité est que nous devons notre paix sociale aux sacrifices énormes, souvent méconnus, de ces guides qui, discrètement, étaient intervenus, à chaque fois que de besoin.

Pour ce faire, ils n’ont jamais courbé l’échine devant les autorités, n’hésitant pas à leur dire la vérité, que cela leur plaise ou non.

 Aujourd’hui, Cheikh Bécaye Kounta a parlé avec courage et s’est adressé à tous les Sénégalais en prenant toutes ses responsabilités devant une situation qui peut dégénérer à tout moment.

Nous attendons vivement de toutes les familles religieuses la même diligence, en des formes qu’elles auront choisies, afin d’éviter à notre pays des situations observées ailleurs.

Au moment où les acteurs politiques ne sont d’accord sur rien et que les regroupements et les initiatives prennent forme face à un Chef d’Etat qui ne fait pas de concession, il est important que le peuple ait des gens qui leur parlent d’autre chose que de programmes, de réalisations, de scandales où tel ou tel est mêlé en tirant la couverture de son côté.

Il est également utile que ces mêmes guides évitent de s’engager dans des chapelles politiques et observent la neutralité nécessaire pour être écoutés de tous.

Assane Samb

À voir aussi

Mandat des députés: Me Sèye pour une prolongation jusqu’en 2024

Le leader de la Coalition pour l’Emergence (CPE) propose la prolongation du mandat des députés …

Retour de Khalifa et Cie : Cacophonie au Ps

Au Parti socialiste, l’on ne parle pas le même langage sur le retour des exclus. …