SOCIETE

MEMBRE D’UN GANG DE CAMBRIOLEURS- Modou Dia écope de 2 ans de prison ferme et une amende de plus de 2 millions F Cfa

  • Date: 29 avril 2016

Une affaire d’association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit avec effraction et recel a atterri, hier, sur la table du Président du tribunal des flagrants délits de Dakar. Le principal prévenu, Modou Dia, a été condamné à 2 ans de prison ferme avec une amende de plus de 2 millions de nos francs. Quant à la dame Adja Fall, elle a été relaxée au bénéfice du doute.

Les populations de Yeumbeul, Guédiawaye et environs vont certainement pousser un ouf de soulagement après la condamnation, hier, de Modou Dia à 2 ans de prison ferme. Ce prévenu est décrit comme étant membre d’un gang qui cambriole des magasins dans cette zone. Il a été présenté, hier, au juge pour répondre des délits d’association de malfaiteurs, vol en réunion commis la nuit avec effraction et recel.

Les faits

Ils remontent au 1er avril dernier. Ce jour-là, un gang avait attaqué un magasin et une maison emportant avec lui un scooter et 7 téléviseurs. Heureusement pour le propriétaire du magasin, il n’a pas attendu longtemps pour retrouver son voleur. En effet, il a été appelé au téléphone, dès le lendemain, par son mécanicien lui disant qu’il a retrouvé le scooter. « Le lendemain, c’est-à-dire le samedi 2 avril, mon mécanicien m’a appelé pour me dire que quelqu’un voulait lui vendre ma moto. Lorsque celui-ci a demandé au vendeur d’où est-ce qu’il a eu la moto, ce dernier lui a rétorqué que le scooter était dans un container qui avait des téléviseurs. C’est ainsi que le mécanicien lui a demandé de repasser le lendemain avant de me confirmer l’heure du rendez-vous », a dit, hier, devant le tribunal le plaignant. Et de renchérir : « Ce jour-là, le gars est venu avec la moto. Lorsque je me suis présenté avec mes quatre amis, il a tenté de prendre la fuite parce qu’il m’a reconnu. C’est sur ces entrefaites qu’on l’a conduit à la police ».

Devant le juge, le plaignant a réclamé au prévenu la somme de 1.600.000 francs F Cfa à titre de dommages et intérêts. Pour sa part, Salimata également partie civile dans cette affaire a informé au tribunal que des gens sont entrés dans sa maison et ont volé un écran plat d’une valeur de 896.000 F Cfa. « Le voleur n’est rien d’autre que le nommé Modou Dia et sa bande. Je lui réclame le prix du téléviseur », a-t-elle déclaré.

Modou Dia nie les faits et décharge Adja Fall

Entendu par les juges, Modou Dia a nié catégoriquement les faits qui lui sont reprochés. Il a déclaré avoir été appelé par un certain Ibrahima qui voulait lui vendre un scooter. « Je ne suis pas un voleur. J’étais juste sur place pour voir la moto que devait me vendre Ibrahima. C’est ainsi que Mansour et sa bande sont venus m’arrêter », se défend le prévenu. Rappelons, qu’à l’enquête préliminaire, le mis en cause avait reconnu les faits. Il avait même indiqué la dame Adja Fall comme étant leur receleur. « J’ai été frappé par les policiers, c’est pourquoi j’ai cité le nom d’Adja Fall. Je ne la connais même pas. Elle n’a rien à voir dans cette affaire », soutient-il, hier, devant le juge.

Interrogée, la dame Adja Fall est revenue sur les circonstances de son arrestation. « Les policiers sont venus, nuitamment, chez moi, accompagnés du mis en cause pour me réveiller. Ils m’ont demandé des téléviseurs et j’ignorais ceux qu’ils disaient. C’est par la suite que les pandores m’ont notifié que c’est moi qui achetais les objets volés par Modou Dia et sa bande. Je dois vous dire que je n’ai pas d’argent pour acheter des téléviseurs qui coutent 200.000 F Cfa l’unité. Je suis une simple vendeuse de crèmes glacées et de beignets. D’ailleurs, les policiers ont fouillé toute ma maison et ils n’ont rien trouvé. Je ne sais pas comment ils ont fait pour me citer dans cette affaire », se défend-elle.

Le procureur avait requis 4 ans de prison ferme contre Modou Dia

Invité à faire ses réquisitions dans ce dossier, le représentant du ministère Public a informé que le prévenu a beaucoup varié depuis l’enquête préliminaire. « Il a indiqué avec précision la destination des objets volés. Il a amené les enquêteurs jusque chez Adja Fall. À la barre, il a servi d’autres déclarations », déclare-t-il. Pour le maître des poursuites, la matérialité du vol ne peut faire l’objet d’aucun doute. Le mis en cause a été désigné comme étant membre d’un gang qui était l’auteur de plusieurs cas de vol et de cambriolages dans le passé. Ainsi, il a requis 4 ans de prison ferme parce que, explique-t-il, Modou Dia a emprunté le chemin de la délinquance. En effet, l’écarté de la société, pendant une période, permettra à la population de respirer.

Quant à Adja Fall, le parquetier estime qu’il n’y a pas assez d’éléments pour entrer en voie de condamnation même s’il y a des déclarations troublantes. Pour elle, il s’en est rapporté à la sagesse du tribunal. Pour terminer, les avocats de la dame Adja Fall soulignent qu’il y a aucun lien entre Adja Fall et les membres du gang. « Voici une brave dame, mère de famille, qui vend des crèmes glacées et des beignets pour subvenir aux besoins de sa famille. Elle est innocente, c’est la raison pour laquelle nous plaidons qu’il vous plaise de bien vouloir la relaxer ne serait-ce qu’au bénéfice du doute », plaident les avocats de la défense. Ils obtiendront gain de cause car, leur cliente a été relaxée au bénéfice du doute. Quant à Modou Dia, il a été reconnu coupable avant d’être condamné à 2 ans de prison ferme. Il doit également verser les rondelettes sommes de 1.600.000 F Cfa à Mansour Ndiaye et 896.000 F Cfa à Salimata.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15