Accueil / ACTUALITES / Menace de grève illimitée à Dakar Dem Dikk : Les travailleurs affûtent leurs armes

Menace de grève illimitée à Dakar Dem Dikk : Les travailleurs affûtent leurs armes

« Nous allons tenir une conférence de presse d’évaluation le 11 mai prochain. Après cela, Cheikh Diop va convoquer une Assemblée générale pour fixer lui-même une date. Et là, ce sera une grève illimitée ». Tels sont les propos du Secrétaire Général, de l’Union démocratique des travailleurs de Dakar Dem Dikk (Udtd), Mamadou Goudiaby, à l’issue d’un sit-in organisé, hier au dépôt de Ouakam. À la limite, il a estimé que le mutisme des responsables est une provocation et une invite à la grève.

Source : Le Matin
Les agents de Dakar Dem Dikk ont entamé des réunions internes qui, si rien n’est fait pourraient déboucher sur une paralysie du système, c’est-à-dire une grève. C’est du moins ce que l’on peut dire après avoir écouté ces travailleurs. M. Goudiaby et ses camarades se sentent frustrés du silence de l’Etat ainsi que des blocages dans le dialogue social au sein de la société. C’est désormais un secret de polichinelle.

Pendant un an, les négociations tournent en rond, affirment-ils. Si les travailleurs observent une trêve, dit-il, « c’est compte tenu de l’appel de Me Wade à une turbulence zéro, auquel nous souscrivons ». Or, aujourd’hui, M. Goudiaby pense qu’il est temps de convoquer sans délai des négociations pour aboutir à des accords sur les salaires, le paiement des indemnités des tenues et des dettes sociales pour la coopérative d’habitat. « Nous ne pouvons pas comprendre et accepter que les instructions du Chef de l’Etat soient bafouées par le directeur général et ses plus proches collaborateurs », fulmine M. Goudiaby.

À l’en croire depuis 2005, des problèmes brûlants ont été soulevés avec ses conséquences que sont les deux grèves observées. Mais malgré tout, la plate-forme revendicative des grévistes n’a été que partiellement réglée. « Lors de notre dernière grève, Nous avons accepté de lever le mot d’ordre pour écourter la souffrance des sénégalais après la convocation du Chef de l’Etat mais, il nous a réglé partiellement le problème », a-t-il précisé. « Sur le champ, Me Wade a donné des instructions fermes pour la poursuite des négociations avec notre ministre de tutelle Habib Sy en présence de son homologue de la Fonction publique pour que la paix sociale revienne au sein de la société ».

Malheureusement, ajoute-t-il lorsque Adama Sall, ministre de la Fonction publique a convoqué le directeur général, Christian Salvy, celui-ci a refusé de déférer à cette convocation. Sans hésitation, M. Goudiaby et partenaires ont considéré l’attitude de M. Salvy comme soucieuse. De tout ce qui précède, les 2.300 travailleurs estiment avoir des atouts et des arguments solides pour faire plier l’entreprise. La preuve, a dit M. Goudiaby, « l’ensemble des travailleurs a observé le mot d’ordre des deux dernières grèves malgré le boycott de l’autre syndicat ». Selon lui  » que les autorités se détrompent. Ce n’est pas l’autre syndicat qui va arrêter la grève lorsqu’elle sera déclenchée parce que ce sont 98 % des travailleurs qui seront en grève ». Ces 98 % sont représentés par 18 délégués sur 22 que compte la société. « Quand M. Salvy estime que ce syndicat est un groupuscule, il veut tromper l’opinion publique. Les grèves ont été d’ailleurs largement suivies », a indiqué le secrétaire général. Par ailleurs, M.Goudiaby se dit déçu du projet de loi introduit à l’Assemblée Nationale pour normaliser le statut de travailleurs par le chef de l’Etat. Vu le leur…


À voir aussi

Macky Sall :  » le maillage cohérent du territoire va favoriser le developpement du transport »

Le maillage cohérent du territoire sénégalais en infrastructures routières traduit une volonté de conforter le …

Procès de Khalifa Sall au Sénégal: relaxe requise pour les comptables

La parole est à la défense au procès de Khalifa Sall et des 7 co-accusés …