Accueil / FAITS DIVERS / Menace de mort à Ouagou Niaye Ndèye Adama attrait son frère à la barre

Menace de mort à Ouagou Niaye Ndèye Adama attrait son frère à la barre

La dame Ndèye Adama a attrait son petit frère à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, pour menace de mort, violence et voie de faits. Ce dernier a été reconnu coupable avant d’être condamné à 6 mois avec sursis.

Une affaire de famille a atterri sur la table de la présidente du tribunal des flagrants délits de Dakar. Ne pouvant plus supporter les agissements de son petit frère, Ndèye Adama l’a attrait, hier, à la barre pour menace de mort, violence et voie de faits. Interrogée par les juges, la plaignante a soutenu que son frère n’habitait pas la maison. Mais depuis son retour, il joue au gendarme. Personne n’ose parler. Et le jour des faits, dit-elle, alors qu’elle était en train de discuter avec les membres de sa famille, leur maman est venue leur dire de parler à voix basse. « Mais comme on continuait à parler fort, mon frère est venu nous demander de nous taire en nous insultant. Ainsi, on s’est disputé avant qu’il ne me menace avec un couteau. Il faut préciser que ma mère était ressortie entre temps », a-t-elle déclaré. Avant de poursuivre : « mon frère est venu me trouver dans la chambre avec un couteau. Auparavant, ma mère lui disait d’arrêter de prendre un couteau à chaque fois qu’il avait des problèmes avec quelqu’un ». A en croire la plaignante, elle avait dit à son frère d’arrêter sinon elle allait le dénoncer à la police. « Démal foula nékh », avait répondu Ass qui a sorti les habits de sa sœur pour les jeter dehors.

Les larmes de leur mère à la barre

Par ailleurs, lorsque les policiers sont venus le chercher, il leur a opposé une résistance. C’est ainsi qu’il a été menotté avant d’être conduit dans les locaux de la police. Interrogé par les juges, Ass, le prévenu, a reconnu  partiellement les faits. Selon lui, il n’a jamais brandi de couteau. Et ce qui lui a fait mal, ce jour-là, c’est quand il est venu leur dire de parler doucement, sa grande sœur s’est levée et lui a dit : « si tu veux nous donner des leçons, va éduquer d’abord ta femme et ton enfant. Je lui ai dit de se taire par la force. Ce sont mes petites sœurs et je voulais juste les raisonner ».  Entendue en qualité de témoin, Ndèye Oumou Ndiaye, mère des enfants, a donné sa vérité des faits. Avec une voix tremblotante, elle a expliqué qu’elle ne peut rien contre ses enfants qui se disputaient souvent pour un problème d’héritage. « Lorsque j’ai parlé et qu’ils ne m’ont pas écouté, j’ai quitté la maison. Il faut qu’ils arrêtent parce que j’en ai marre de tout ça », a-t-elle, dit les larmes aux yeux. A noter que la partie civile n’a rien réclamé. Pour sa part, la parquetière a requis l’application de la loi. En rendant sa décision, le tribunal a relaxé le prévenu du délit de menace de mort avant de le condamner à 6 mois avec sursis pour violence et voie de faits.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Interpellation musclée d’un sénégalais à Paris : Massar D. entre la vie et la mort

Ouest-france.fr – Un jeune homme de 24 ans, soupçonné d’être un vendeur de crack, est …

Violence et voie de fait à ascendant- Abdoulaye menace sa mère avec un couteau et écope d’un mois ferme

Un mois de prison ferme, c’est la sentence prononcée contre Abdoulaye Sène, par le Président …