1 octobre, 2014
Accueil » ACTUALITES » MENACE SUR LE PLAN TAKKAL DE « YOONOU YOKOUTE » La SAR menace d’arrêter de fournir du carburant à la Senelec
MENACE SUR LE PLAN TAKKAL DE « YOONOU YOKOUTE » La SAR menace d’arrêter de fournir du carburant à la Senelec

MENACE SUR LE PLAN TAKKAL DE « YOONOU YOKOUTE » La SAR menace d’arrêter de fournir du carburant à la Senelec

Plus question de continuer de fournir du carburant à la Senelec si elle n’honore pas ses encours dus à la Société Africaine de Raffinage. C’est la principale information qu’on peut retenir du point de presse tenu par le collège des délégués au club hier. Quitte à faire revenir les délestages, d’après les syndicalistes en colère contre la société énergétique sénégalaise.
Et à cet effet, les travailleurs de la Sar ont lancé un véritable ultimatum, aux allures de « menaces catégoriques » à l’Etat et à la société d’électricité du Sénégal. Et si l’on se fie aux propos tenus par Abdourahmane Cissokho, secrétaire général du Sntpgs (Syndicat National des Travailleurs du Pétrole et du Gaz du Sénégal) : « si dans les jours qui viennent, la Senelec n’honore pas sa facture impayée d’une cinquantaine de milliards, aucune goutte de carburant provenant de la Société africaine de Raffinage n’ira alimenter les centrales de la Senelec ». Pour ces travailleurs de la Sar qui se disent très déçus : « contre les promesses non tenues du Groupe Saudi Ben Laden », groupe repreneur de l’entreprise, après le départ des français du groupe Total, plus question de laisser « l’Etat laisser perdurer la mort programmée de leur entreprise, au profit d’une autre société S.a comme eux ». Et le syndicaliste de rappeler que « si l’ancien régime se targuait d’avoir réussi son plan Takkal, c’est grâce à la Sar qui avait tout supporté et fonctionné à perte ». Selon François Diouf, un autre délégué syndical de la maison, « c’est parce que la Sar avait accepté de fournir du carburant à hauteur de 25 Milliards de francs Cfa à la Senelec et de supporter une autre dette de 20 Milliards à titre d’importation de gaz brut pour la Senelec, que ce plan a pu fonctionner correctement ». Dans ce registre de dettes impayées, il faut, selon les syndicalistes, y ajouter les 13 Milliards de l’Etat Sénégalais sur le gaz butane, une dette que l’Etat aurait, selon le syndicaliste Matar Samb, « demande de classer, purement et simplement, comme une perte ». Ce qui fait, de l’avis des travailleurs de la société de raffinage un lourd passif de près de « 76 milliards de francs Cfa », situation intenable qui risque de conduire « au dépôt de bilan, si rien n’est fait dans les jours qui viennent ». Et c’est justement pour « éviter que le malade convalescent ne se vide de ses ressources et de ses dernières énergies », que les travailleurs du pétrole en général ceux de la Sar en particulier « sont déterminés à braver tous les prédateurs sociaux, économiques et politiques ». Et cela commence par le recouvrement des créances « à de mauvais payeurs comme la Senelec, quitte à le priver de jus, si tel n’est pas le cas ». Macky Sall est ainsi donc averti, « s’il ne veut pas voir son plan Takkal version Yonnou Yokkouté » compromis.

Djiby GUISSE

REWMI QUOTIDIEN