Accueil / ECONOMIE / MENACES DE RETRAIT DE L’AGREMENT SUR LES PRODUITS DE PECHE:Des experts de l’Union européenne débarquent

MENACES DE RETRAIT DE L’AGREMENT SUR LES PRODUITS DE PECHE:Des experts de l’Union européenne débarquent

C’est en principe aujourd’hui que des inspecteurs de l’Union européenne débutent leur visite d’évaluation de 10 jours, dans notre pays. Ces experts de l’Agence alimentaire vétérinaire de l’Union européenne (Ue) vont vérifier si les produits de pêche sénégalais répondent aux normes d’hygiène et de qualité exigées par le marché européen. Et ce, dans le cadre du processus enclenché par le ministère de l’Economie maritime pour la sauvegarde de l’agrément national du Sénégal.
Cet agrément qui, faudrait-il le rappeler, avait été décerné en 1996 par l’Union européenne au Sénégal et qui apparaissait, si l’on en croit certaines affirmations, comme étant menacé du fait des manquements constatés par nos partenaires au niveau de l’amont de la filière. Seulement, le communiqué de presse dont copie nous est parvenue montre une certaine sérénité du côté du ministère de l’Economie maritime. Aussi, nous précise-t-on, des efforts ont été faits en vue d’un renforcement de la coopération entre les deux pays en matière de pêche, en immisçant tous les acteurs du secteur concernés, notamment les pêcheurs artisanaux.

Aujourd’hui, il s’agira pour ces experts de l’Agence alimentaire vétérinaire de l’Union européenne de contrôler si les produits de pêche sénégalais répondent aux normes d’hygiène et de qualité exigées par le marché européen. Ces derniers vont visiter des sites de débarquements de produits de la pêche, et des industries de transformation. Avec l’appui des partenaires au développement, ajoute le communiqué, « ce sont près de 11 milliards de Fcfa qui ont servi à la réhabilitation des sites et à l’aménagement de nouvelles infrastructures de débarquement tout le long du littoral sénégalais ».

Dans ce même sillage, nous dit-on, cet agrément a été obtenu au prix d’énormes efforts consentis par l’administration des pêches et les industriels du secteur de la transformation. Et d’ailleurs, « 14 milliards de Fcfa ont été dégagés afin que leurs installations soient conformes aux normes européennes ». Le communiqué mentionne que le ministère de l’Economie maritime, par ailleurs, en « partenariat avec les organisations professionnelles de la pêche industrielle et certains Gie interprofessionnels de la pêche artisanale, des Ongs, des privés, il a mobilisé ces dernières semaines plus de 200 millions de Fcfa ».

Un montant qui, si l’on en croit encore le communiqué, va être utilisé pour « renforcer les équipements pouvant contribuer à la préservation de l’hygiène et de la qualité des produits, de la prise jusqu’à la consommation ». Autant de facteurs qui montrent, si l’on se fie toujours au communiqué, que le gouvernement s’engage à tout faire pour sauver l’agrément et notamment les 180 milliards de Fcfa de recettes que nous rapporte le secteur de la pêche. Parce que, faudrait-il le signaler, les conséquences du retrait de l’agrément de l’Union européenne seront catastrophiques.


À voir aussi

Ecosystème marin : Les scientifiques sénégalais appelés à jouer leur partition

L’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts) a réuni, depuis hier à Dakar, …

Industrialisation de l’Afrique : Akinwumi Adesina mise sur la formation professionnelle et technique

Le Président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a présidé hier …