Accueil / FAITS DIVERS / Meurtre « Chez Djily » au point E- Mamadou Lamine Seck risque 20 ans de travaux forcés

Meurtre « Chez Djily » au point E- Mamadou Lamine Seck risque 20 ans de travaux forcés

Si en rendant sa décision le 2 janvier prochain, le Président de la chambre criminelle suit le maître des poursuites dans ses réquisitions, l’accusé Mamadou Lamine Seck risque 20 ans de travaux forcés et son acolyte 2 ans. Ils ont comparu, hier, à la barre de cette juridiction pour le meurtre de Sidi Diop, perpétré à la boite de nuit « Chez Djily » sise au Point E.

S’agissant des faits, ils remontent au 25 décembre 2012. Ce jour-là, vers les coups d’une heure du matin, les éléments de la police du Point E ont été informés qu’un individu a été retrouvé mort devant la porte de la boite de nuit « Chez Djily ». Une enquête a été ouverte et a permis d’alpaguer Mamadou Lamine Seck. Ce dernier avait eu un antécédent avec la victime qu’il avait agressé un jour pour lui dérober sa chaine. Attrait à la barre de la chambre criminelle, l’accusé, célibataire et père de 3 enfants, a tenté de nier les faits qui lui sont reprochés. Il a déclaré que ce jour-là, il était à « Ngalam » avec ses amis Bécaye et Mamadou Diouf et des copines pour acheter de la viande. A l’en croire, Sidi Diop est sorti de nulle part pour menacer Bécaye avec un couteau. « J’ai pris sa défense et le sieur Diop m’a assené un coup au niveau de la main.  Je l’ai poursuivi jusqu’à ce qu’il entre dans le bar « chez Djily ». Mais, le vigile m’a bloqué à la porte et j’ai attendu jusqu’à ce qu’il sorte. Quand il est sorti, j’ai ramassé une bouteille que j’ai cassée pour lui assener un coup avec un tesson. J’ignore là où je l’ai poignardé car au moment des faits, j’étais ivre », a-t-il confié. Témoin dans cette affaire, le gérant de la boîte a indiqué que c’est lui qui a alerté les gens qui passaient. Ce qui a permis l’arrestation de l’accusé. L’autre témoin, Ablaye Ndiaye, a, pour sa part, révélé que les faits ont eu lieu au niveau du vendeur de café près de la boite « Chez Djamil ».

Il précise avoir vu l’accusé assener un coup à Sidi Diop. Quant à  Becaye, il a déclaré à l’enquête préliminaire n’avoir participé à aucune bagarre au moment des faits. « C’est bizarre », selon le juge pour qui Bécaye et son ami ne tiennent pas le même langage. Toutefois, la partie civile a réclamé 6 millions à titre de dommages et intérêts. De son côté, le représentant du ministère public a rappelé qu’il ne ressort nullement que la victime était armée. « On n’a pas affaire avec un délinquant primaire car il a une fois purgé une peine de 3 ans pour vol. C’est une personne dangereuse pour la société », a martelé le procureur qui a requis 20 ans de travaux forcés contre Mamadou Lamine Seck, et 2 ans ferme pour Mamadou Diouf contre qui il a demandé à la chambre de décerner un mandat dépôt. Pour terminer, la défense a demandé aux juges d’écarter les dires des témoins qui n’ont rien vu ni entendu. « Mon client a invariablement reconnu les faits qui lui sont reprochés. Aucun élément ne prouve que l’accusé a usé de la force pour donner un coup à la victime. Pis, dans toute les étapes, mon client a proclamé qu’il n’a aucune intention de tuer », a-t-il dit. Il a plaidé l’excuse de provocation. L’affaire a été mise en délibéré. Le jugement sera rendu le 2 janvier prochain.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Nioro : Un sexagénaire se suicide par pendaison

Ousmane Dansou, 68 ans, s’est suicidé à Keur Mama, un village dans la commune de …

Il tue son colocataire à coups

Un appartement avait été retrouvé tâché de sang le 15 juin dernier rue de la …