Accueil / FAITS DIVERS / Meurtre de Mariama Sagna: «Y a rien de politique»

Meurtre de Mariama Sagna: «Y a rien de politique»

Amadou Seydi, le procureur du tribunal de la grande instance de Pikine, a confirmé la thèse du viol dont Mariama Sagna a été victime. Selon le procureur Seydi, qui faisait face à la presse, ce meurtre n’a aucune connotation politique. La militante du parti d’Ousmane Sonko a été violée avant d’être tuée.

« Le meurtre de Mariama Sagna ne revêt aucune connotation politique. Elle a été violée avant d’être étranglée à mort, par deux charretiers qu’elle avait chargé de transporter les meubles qu’elle avait mis à la disposition de son parti, pour l’organisation du meeting d’Ousmane Sonko de Pastef, à Keur Massar. A la fin de la manifestation, vers les coups de 20 heures, les charretiers ont mis les meubles à bord de leurs charrettes pour les ramener chez la victime. A leur arrivée, ils ont trouvé la dame Mariama Sagna à moitié nue dans sa chambre, en train de se revêtir. Ce qui n’a pas manqué de leur donner des idées. Les mis en cause l’ont donc attaquée et l’ont violée tout en l’étranglant pour l’empêcher de crier, jusqu’à son décès. Avant de quitter les lieux, Ousseynou Diop et Saliou Boye ont subtilisé un téléviseur et un téléphone portable appartenant à leur victime », déclare le procureur de Pikine devant la presse. A l’en croire, les présumés mis en cause répondront leur acte devant la loi.

Les autorités avaient déployé les moyens nécessaires pour mettre la main sur les auteurs de ce meurtre, mais aussi pour sécuriser les populations qui vivent dans des localités enclavées de la banlieue. Les deux hommes soupçonnés d’être les présumés auteurs du meurtre, ont été identifiés par les enquêteurs. L’un deux est actuellement détenu par les éléments de la Brigade de Recherches. Les services de sécurité sont à la trousse de l’autre complice. Le premier qui a été appréhendé, a avoué le crime, reconnaissant qu’il n’était pas seul ».

A noter que la conférence de presse du procureur de Pikine a été précédée, quelques heures auparavant, de la sortie du porte-parole par intérim de la police nationale. Ce dernier a rassuré les populations et mis en garde les malfrats. « Les personnes animées de mauvaises intentions sont averties. La police nationale compte désormais utiliser la méthode forte pour annihiler leurs mauvaises actions. Le lieutenant Mbaye Sady Diop a déclaré que les hommes de tenue vont utiliser la grosse artillerie pour faire face à ces malfaiteurs qui, dit-il, utilisent maintenant des armes de guerre pour accomplir leurs sales besognes ».

Sada Mbodj

.

 

 

 

À voir aussi

Niasse aux députés: « Vous êtes lâches, des ruminants… »

Samedi, 8 décembre, lors du vote du Programme triennal d’investissements publics, le président de l’Assemblé …

Idy a déposé sa candidature

Idrissa Seck sera le candidat de la coalition d’Idy2019 à la présidentielle de février 2019. …