SOCIETE

MEURTRE DE MATAR NDIAYE À GRAND YOFF- Le procureur a requis 2 ans de prison contre le policier et 6 mois ferme contre les Asp

  • Date: 27 mai 2016

L’affaire du meurtre de Matar Ndiaye, par un policier qui avait occupé la « Une » de l’actualité au mois de juillet 2015, a été jugée, hier, à la barre du tribunal correctionnel de Dakar. Le policier Cheikh Diop a soutenu que c’est une balle perdue qui a tué la victime. Cependant, ces dénégations n’ont pas convaincu le procureur qui a requis 2 ans de prison ferme contre lui pour coup mortel et 6 mois ferme à l’encontre des Asp pour voies de fait et non-assistance à personne en danger. L’affaire est mise en délibéré pour le 23 juin prochain.

Le Président du tribunal correctionnel de Dakar a appelé, hier, l’affaire de l’agent de police Cheikh Diop et les Agents de la sécurité et de la proximité (Asp) Cheikh Ahmadou Bamba Diop, Maurice Diop, El Hadji Mamadou Diouf, Mamadou Diouf et Mame Cheikh Diouf poursuivis pour coups mortel pour le premier et voies de fait et non-assistance à personne en danger pour les autres. Si le tribunal suit le maître des poursuites dans ses réquisitions, les mis en cause risquent des peines allant de 6 mois à 2 ans de prison ferme. Les faits se sont déroulés au courant du mois de juillet 2015, à Grand-Yoff. Selon un communiqué de la police, c’est au cours de l’interpellation d’un trafiquant de drogue que les agents du commissariat de Police de Dieuppeul qui l’ont poursuivi jusqu’à Grand-Yoff ont rencontré une résistance. C’est dans ces circonstances que l’un d’entre eux a dû faire usage de son arme. Il a malheureusement atteint le nommé Matar Ndiaye présent sur les lieux de l’opération de Police. Ce dernier a rendu l’âme à l’Hôpital général de Grand-Yoff où il a été évacué.

À en croire certains témoins entendus à l’enquête préliminaire, ils ont été également malmenés par Cheikh Diop et les autres Asp. Il faut dire que ces témoins n’ont pas comparu, hier, à la barre du tribunal correctionnel de Dakar.

La partie civile réclame 50 millions en guise de réparation

Entendu sur les graves accusations qui pèsent sur lui et sur les autres Asp, le policier a déclaré que c’est une balle perdue qui a atteint la victime. Il a juré sur tous les saints avoir sorti son arme après avoir reçu une pluie de pierres. Et c’est à ce moment, dit-il, que la balle est partie mais, son intention n’a guère été de tuer qui que ce soit. Pour sa part, l’avocat de la partie civile, Me Assane Dioma Ndiaye se pose la question de savoir pourquoi le policier est intervenu hors de sa zone ? Il a tenu à préciser au tribunal que Cheikh Diop exerce au commissariat de Dieuppeul et il est allé jusqu’à Grand-Yoff sous prétexte qu’il poursuivait un individu. Sur ce, il a réclamé 50 millions F Cfa en guise de réparation. Dans sa plaidoirie, la robe noire n’a pas tenu l’État comme civilement responsable dans cette affaire.

De son côté, le maître des poursuites s’est interrogé sur le fait que le policier a sorti son arme alors qu’il n’a vu personne. À l’en croire, le mis en cause est coupable du délit  de coup mortel et sur ce, il a requis à l’encontre du policier 2 ans de prison ferme. Pour les Asp, le parquetier estime qu’ils sont coupables des délits de voies de fait et non-assistance à personne en danger. Ainsi, a-t-il requis à leur encontre 6 mois de prison ferme.

Les avocats de la défense ont, pour leur part, demandé la clémence du Tribunal par rapport au policier. Concernant les Asp, les robes noires ont plaidé pour la relaxe en demandant au tribunal de tenir compte des circonstances dans lesquelles ils sont intervenus. Toutefois, l’affaire a été mise en délibéré pour le 23 juin prochain.

Cheikh Moussa SARR

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15