SOCIETE

MEURTRE DU CHAUFFEUR DE TAXI À DAKAR Ansoumana Dione indexe l’état de santé mentale des Sénégalais

  • Date: 31 octobre 2016

Le Président de l’Association Sénégalaise pour le Suivi et l’Assistance aux Malades Mentaux (ASSAMM), Ansoumana DIONE, que nous avons joint au téléphone, à propos du meurtre du chauffeur de taxi tué par balle, dit ne pas être surpris par cet acte survenu à Dakar, il y a seulement quelques jours. Il indexe l’état de santé mentale des négalais qui, selon lui, se détériore de plus en plus sans que les autorités au plus haut niveau ne prennent leurs responsabilités par rapport à ce fléau.

Pour l’infatigable défenseur des malades mentaux, l’Etat n’investit pas assez pour avoir des hommes de qualité comme c’est le cas avec les infrastructures routières, par exemple. Pour faire développer un pays, il faut d’abord des ressources humaines de valeur, qui ne peuvent être obtenues que par un bon système éducatif, prenant en compte la formation des jeunes en vue de lutter contre le chômage, la pauvreté, etc. Egalement, la population doit être en bonne santé, au plan physique et mental, pour pouvoir relever les énormes défis qui nous interpellent dans tous les secteurs. C’est pourquoi, Ansoumana Dione a beaucoup regretté le fait que les députés aient occulté le domaine de la santé lors du dernier passage du Premier ministre Mouhamed Dionne à l’Assemblée nationale.

Aujourd’hui, selon Ansoumana Dione, à cause de leur mauvais état de santé mentale, les Sénégalais n’ont plus le sens du pardon, de l’amour, de la tolérance et n’ont plus pitié pour leurs adversaires ou de considération pour leur prochain. Et, ceci, regrette-t-il, en commençant par le Président Macky Sall qui n’hésite pas à neutraliser toute personne qui ose l’affronter. Des scènes de violence, à l’image de ce meurtre commis sur ce chauffeur de taxi, les Sénégalais les vivent quotidiennement sous d’autres formes. Donc, la solution ne réside pas dans le rétablissement de la peine de mort, mais dans un changement des comportements, surtout dans le domaine de l’audiovisuel où des films d’horreur nous sont servis énormément. Depuis plusieurs années, ajoute-t-il, il ne cesse d’interpeller en vain le Président Macky Sall sur l’enfer des malades mentaux errant à travers le pays. Mais, déplore-t-il, les autorités préfèrent installer un Haut Conseil des Collectivités Territoriales pour faire plaisir à une petite minorité.

Pour avoir la paix, nous devons tous nous comporter de façon pacifique, éviter les violences sous toutes leurs formes, qu’elles soient verbales ou physiques, et pour cela, il faut bien éduquer la population, recommande-t-il. Avant de renchérir : ‘’Une justice impartiale est également indispensable car c’est cela même qui forge véritablement un bon esprit capable de discerner le bien du mal. Promouvoir les citoyens de valeur dans le but d’instaurer l’esprit de patriotisme, est à encourager afin d’amener tout le monde à se mettre au travail pour le développement du pays qui ne passe que par la discipline, un bon état de santé mentale’’, précise Ansoumana Dione, citant en exemple la Chine et la Corée. Si l’on y prend garde, prévient-il, notre société risque de s’écrouler et il est donc temps, comme disait le grand psychologue Serigne Mor M’BAYE, de procéder à un « Ndeup » national.

Mouhamadou BA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15