Accueil / FAITS DIVERS / MEURTRE ET DÉTENTION ILLÉGALE D’ARME A FEU Condamné à 7 ans de travaux forcés, Abdoulaye Kâ sort dans 11 mois

MEURTRE ET DÉTENTION ILLÉGALE D’ARME A FEU Condamné à 7 ans de travaux forcés, Abdoulaye Kâ sort dans 11 mois

Abdoulaye Kâ, âgé de 37 ans, a été finalement déclaré coupable et condamné à 7 ans de travaux forcés par la cour d’assises de Thiès. En 2001, il avait, dans la forêt classée de Pout, tué par balle Amadou Dia. Il a ainsi été inculpé de meurtre et détention d’arme sans autorisation administrative.

Source l’Observateur
Le 18 juin 2001, vers les coups de 15 heures, la gendarmerie de Pout, localité située dans le département de Thiès, est avisée d’un meurtre dans la forêt de ladite localité. Les hommes en bleu se sont immédiatement rendus sur les lieux où ils ont trouvé le corps sans vie de Amadou Dia, baignant dans son sang, le cou et le thorax criblés de balles. Transporté à l’hôpital, pour les besoins de l’autopsie, le certificat de genre de mort délivré par le médecin fait état de mort des suites d’une hémorragie interne, provoquée par une multitude de coups de feu. L’auteur du crime avait été identifié par Ahmet Dia, frère de la victime, comme étant Abdoulaye Kâ. Arrêté et entendu par la gendarmerie dans le cadre de l’enquête préliminaire, il a été par la suite déféré au parquet. Une inculpation pour meurtre et détention d’arme à feu sans autorisation administrative et un mandat de dépôt en date du 22 juin 2001 s’ensuit. Hier à la barre, Abdoulaye Kâ a déclaré qu’il était ce jour-là en compagnie de son petit frère Thierno Kâ ainsi que d’autres compagnons peulhs, tous des bergers. «Ensemble, nous conduisions notre troupeau. Arrivé à hauteur de la brousse de Pout, je me suis couché sous un baobab parce que j’avais de la fièvre. Quelques minutes plus tard, j’ai été alerté par mon jeune frère de ce que des gens, au nombre de 4, fortement armés de coupe-coupe et de d’armes à feu, venaient de s’emparer du bétail. J’ai demandé à Thierno de se rendre à la maison pour me ramener mon pistolet que j’avais soigneusement gardé dans ma chambre sous la paille », déclare Abdoulaye Kâ. «À son arrivée, poursuit-il, je me suis emparé de l’arme et je suis allé à la poursuite des voleurs qui s’étaient scindés en deux groupes. Amadou Dia et Ahmeth, qui composaient le deuxième groupe, montaient la garde alors que le premier groupe s’était enfui avec le troupeau. Ils étaient armés de pistolets et de coupe-coupe et ils m’attendaient sur le chemin. À leur hauteur, ils se sont dirigés vers moi. Pour les apeurer, j’ai voulu tirer en bas, malheureusement le coup est allé directement sur Amadou. Je n’ai pas voulu tuer. Je voulais tout simplement leur faire peur et assurer ma défense», dit-il.

L’avocat général requiert 10, la défense parle de légitime défense

Pour l’avocat général, Abdoulaye avait la ferme intention de tuer Amadou Dia. Il en voulait à la victime et le certificat de genre de mort l’a clairement démontré, dira-t-il. Il a criblé la victime de balles. Les décharges de cartouches trouvées sur les lieux et les photographies prises sur les lieux du crime en attestent clairement, martèle l’avocat général. C’est pourquoi, il a demandé à la Cour de ne pas accorder à l’accusé le bénéfice des circonstances atténuantes avant de requérir 10 ans de travaux forcés. Mais selon Me Ahyi, son client était en état de légitime défense et qu’il n’avait pas l’intention de donner la mort. «Il avait affaire à des bandits qui n’hésitaient pas à le tuer», dit l’avocat. C’est pourquoi, il a demandé à la Cour de faire bénéficier à son client de larges circonstances atténuantes. Après délibération, la Cour a déclaré Abdoulaye Kâ coupable de meurtre et l’a condamné à 7 ans de travaux forcés. Placé sous mandat de dépôt depuis 6 ans et 27 jours, il sera libre dans 11 mois.


À voir aussi

L’étudiante, son copain faux policier et son amant, la partie de jambe en l’air…

6 mois de prison assortis du sursis, c’est la sentence qui a été prononcée, hier, …

Escroquerie : Le commerçant qui gonflait son compte Wari, arrêté

Après avoir réussi plusieurs tentatives d’escroquerie de sommes d’argent destinées aux clients, le commerçant A. L.F a …