Accueil / ACTUALITES / Meurtriers de Français en Mauritanie : La France souligne l’aide du Sénégal

Meurtriers de Français en Mauritanie : La France souligne l’aide du Sénégal

La France souligne l’aide « très efficace » du Sénégal dans les recherches ayant abouti à l’arrestation vendredi en Guinée-Bissau de deux des trois assassins présumés des touristes français en Mauritanie, a indiqué dimanche l’ambassadeur de France au Sénégal. « La coopération entre la France et le Sénégal a été extrêmement efficace. On a travaillé ensemble. Le Sénégal est extrêmement efficace en matière de recherche anti-terroriste. ce n’est pas pas un pays sanctuaire ou d’appui pour les terroristes », a déclaré à l’AFP Jean-Christophe Rufin.

« Le Sénégal s’est impliqué tout de suite. Des le lendemain matin (après l’attaque du 24 décembre), il y a eu la mise en place d’un énorme système de recherche ordonné par le président Abdoulaye Wade », a souligné l’ambassadeur, joint à Paris où il se trouve pour des raisons professionnelles.

« Il y a eu un déploiement de forces considérables sur toute la frontière (entre la Mauritanie et le Sénégal) de la gendarmerie, des forces spéciales et des services de renseignement sénégalais. La France a fourni un appui, dans le domaine du transport, pour permettre un déploiement plus rapide », a-t-il ajouté.

Quatre touristes français ont été tués, et un cinquième grièvement blessé, le 24 décembre près d’Aleg (sud de la Mauritanie) par trois hommes armés.

« Ils (les tueurs présumés) ont toujours été maintenus dans un état de grande insécurité dans le pays (Sénégal) et ont fui à l’étranger. Ils ont considéré qu’ils n’étaient pas en sécurité au Sénégal », a-t-il assuré.

« Les recherches étaient menées par les Sénégalais et appuyées par les Français », a-t-il assuré. « Nous avons été alertés de leur passage (des assassins présumés) en Guinée-Bissau en temps réel », a-t-il relevé.

Les deux hommes ont auparavant séjourné quatre nuits à Yoff, un quartier populaire de Dakar, sans être arrêtés. « Ils ne disposaient pas de base au Sénégal, ils se cachaient donc dans des zones urbaines très peuplés où les interventions étaient difficiles », a expliqué M. Rufin.

Intervenir dans ces conditions « aurait impliqué des risques importants », a-t-il souligné. « Les Sénégalais les ont maintenus dans un état d’insécurité permanent. Ils étaient traqués, cela prouve qu’ils ne disposaient pas de base au Sénégal », a-t-il conclu.


À voir aussi

GO: Herve, le Renard africain !

La dernière course du renard le mène toujours chez le fourreur, dit l’adage. Est-ce la …

Victoire des Lions: Le football ‘’réconcilie’’ la classe politique

Le football ‘’réconcilie’’ la classe politique Le sport, et plus particulièrement le football, a des …