Accueil / ACTUALITES / Michaelle Jean au musée Léopold Sédar Senghor- Une visite empreinte d’émotion
GG2010-0470-001 September 9, 2010 Rideau Hall, Ottawa, Canada Her Excellency the Right Honourable Michaëlle Jean, Governor General of Canada, hosted the conference “Together for Women’s Security” at Rideau Hall, on September 9 and 10, 2010. The event will gathered women and men from all provinces and territories. Opening of the Women conference on September 9, 2010. Few panelists spoke, including The Honourable Belinda Stronach, Constance Backhouse and Her Worship Elisapee Sheutiapik, Mayor of Iqaluit. Credit: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall, OSGG

Michaelle Jean au musée Léopold Sédar Senghor- Une visite empreinte d’émotion

La secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, a visité hier le Musée Léopold Sédar Senghor à Dakar. La visite fut historique, l’émotion palpable. La SG de la Francophonie s’est dit très émue « de revenir sur les traces » du président-poète sénégalais. 

C’est une vaste demeure ocre, de style soudano-sahélien, un ovni architectural contrastant avec les villas cossues et les ambassades aux murs blancs qui pullulent dans le quartier de Fann Résidence, en lisière de la corniche ouest de Dakar. Ici vécut un temps Léopold Sédar Senghor, poète, chantre de la négritude, premier président du Sénégal indépendant et académicien français. Depuis le 30 novembre 2014, la maison qu’il avait fait bâtir à la fin des années 1970 pour y passer sa retraite est devenue le Musée Senghor. En séjour à Dakar pour l’inauguration de l’Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation, la secrétaire générale de la Francophonie, Michaëlle Jean, a tenu à visiter le Musée Léopold Sédar Senghor Une visite chargée d’émotion pour Michaëlle Jean qui se dit ‘’émue’’ de revenir sur les traces, dans ce lieu où Léopold Sédar Senghor reste très présent. Revisitant le président poète, Michaëlle Jean soutient que Senghor a insufflé aujourd’hui « une Francophonie des peuples », comme il ne l’aurait pas imaginé avec 84 Etats et gouvernements des cinq continents rassemblés. Michaëlle Jean trouve « très important » de s’imprégner de l’univers de Léopold Sédar Senghor, rappelant qu’elle revient à Dakar « où le témoin » lui été « passé le 30 novembre 2014 lors du 15e Sommet de la Francophonie ».

La secrétaire générale de la Francophonie se dit « très consciente du chemin tracé par les pères fondateurs de la Francophonie ». « Je m’avance dans la continuité des gestes très importants qui ont été portés par les pères fondateurs de la Francophonie, Boutros Boutros Galli, le président Abdou Diouf », confie-t-elle. Poursuivant son propos, elle déclare : « Je me sens riche de tout cela, nous arrivons dans la chaleur complémentaire de nos énergies, de nos forces, de nos expériences et cela est formidable. »  Aujourd’hui, souligne Mme Jean, « nous savons quelle est la plus-value de la francophonie par ces temps qui courent, le temps de tous les défis, où le monde se fracture par les guerres, les conflits, la menace terroriste, cette tentative du repli sur soi ».  Lors de sa visite dans le musée, la secrétaire générale de la Francophonie s’est beaucoup attardée devant les bibliothèques.

Au sujet des textes de Léopold Sédar Senghor, elle confie : « Nous nous retrouvons parfaitement, il avait tout vu, il savait très bien à quel point mettre fin à l’éparpillement de nos forces et à quel point il était impérieux de se rassembler pour faire ensemble et c’est cela que je tiens à engager avec beaucoup de force, parce que tout l’exige aujourd’hui, tout le réclame. »  Le détour au musée Léopold Sédar Senghor était un impératif, selon la secrétaire générale de la Francophonie, car « comment penser inaugurer un institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation abrité à Dakar, par le Sénégal, sans venir rendre visite et saluer Léopold Sédar Senghor ? ».

En effet, selon elle, « Léopold Sédar Senghor savait à quel point les connaissances étaient importantes dans la marche du monde, de l’humanité et pour une plus grande humanisation de l’humanité ». « Léopold Sédar Senghor, salut et merci. Nous avançons comme les guerriers et les guerrières avec les armes de construction massives qui sont si importantes et qui font la différence, à savoir l’éducation, la culture, le savoir, le dialogue, la démocratie, la force et la richesse de la diversité, nous sommes bien armés », martèle-t-elle.

K T COLY

À voir aussi

Le 4 avril dernier et le jour de la Tabaski, deux dates qui ont failli être inoubliables

Le quotidien le Témoin informe que Dakar a échappé, à deux reprises, à un projet …

Préparatifs du Magal de Touba- Les 100 millions qui vont faire beaucoup de bruit

Le grand Magal de Touba est prévu officiellement le 08 novembre prochain. Les préparatifs vont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *