Accueil / ECONOMIE / Microfinance- Mme Aminata Angélique Manga pour soulager l’APSFD

Microfinance- Mme Aminata Angélique Manga pour soulager l’APSFD

Le Ministre de l’Economie solidaire et de la Microfinance, Mme Aminata Angélique Manga, a tenue hier à Dakar une séance de travail avec l’Association professionnelle des Services financiers décentralisés (APSFD).

 « Nous sommes venus pour échanger avec l’Association professionnelle des Services financiers décentralisés (APSFD) afin d’identifier les difficultés, les contraintes, mais aussi les perspectives pour mieux évoluer », a déclaré Mme Aminata Angélique Manga, Ministre de l’Economie solidaire et de la Microfinance. Elle s’exprimait à l’issue d’une séance de travail avec l’APSFD. D’après elle, ils peuvent compter sur cette association qui constitue la cheville ouvrière de son  ministère. « Nous avons  reçu les instructions du chef de l’Etat pour aller très rapidement vers la mise en œuvre de la lettre de politique  sectorielle pour faire revenir les bailleurs qui ont déserté le secteur en un moment », a-t-elle souligné . Avec cet objectif  de redynamiser, de  moderniser en allant vers des financements innovants et structurants du secteur, Mme le ministre dira : « nous restons persuadés que très bientôt, les bailleurs vont revenir d’autant qu’il y a des partenaires qui se sont signalés. Ils attendent  l’acte 1 de la mise en œuvre de  la lettre de politique sectorielle pour venir soutenir la microfinance qui est très dynamique ». Ainsi, cette dernière a rappelé qu’en 2017, le secteur de la microfianace a contribué pour 10,4% au financement de l’économie et a participé à hauteur de 3,7% du PIB. Malgré ces performances, soutient Mme le ministre, l’analyse-diagnostic exhaustif réalisé lors de l’élaboration de la 3eme lettre de politique sectorielle de la microfinance, a permis d’identifier des contraintes ou fragilités dont  la  persistance  pourrait  entraver  le développement du secteur. C’est  pourquoi, dit-elle, l’Etat a adopté la stratégie sectorielle 2016-2020, pour l’essentiel dans le rapport final du forum des investisseurs de la  microfinance. Parmi ces facteurs bloquants, on peut retenir la mise en place du Fonds national de la microfinance, la promotion de la finance digitale par la relance du projet Mobile banking, la mise en place de la centrale des risques pour le secteur de la mircofinance.

L’APSFD  dans la rassurance 

Pour la part, Mamadou Lamine Gueye, président de l’APSFD, cette visite de travail a ressuscité une vieille tradition qui régissait leurs  rapports avec l’Etat Sénégal. A l’en croire, Mme Aminata Angélique Manga est venue avec une piste de solutions dans le sens de résoudre leurs préoccupations. « Nous sommes rassurés par son engagement et son discours », a laissé entendre M. Gueye. Concernant les  contraintes que la microfinance rencontre, il y a l’insuffisance de ressources des services financiers décentralisés (SFD) pour répondre au besoin de crédit croissant des populations et le manque d’appui  technique et financier. A cela s’ajoutent les contraintes budgétaires et ressources financières limitées pour la mise en œuvre des programmes, plus particulièrement dans le domaine du renforcement des capacités des SFD. S’agissant des perspectives, on peut citer, entre autres, la représentation des services financiers décentralisés au Conseil économique, social et environnemental.  Sur ce, M. Gueye  a fait savoir que Mme Manga est d’accord pour soutenir leur plaidoyer  parce que les députés ont tendance à stigmatiser le secteur de la microfinance. «Ce n’est pas parce que les députés ne veulent pas de ces institutions, mais pour la plupart du temps, ils ne les connaissent pas», a-t-il conclu.

Zachari BADJI

À voir aussi

Ahmed Fall Braya promeut le consommer local

L’Association de la Nouvelle force économique du Sénégal a tenu son assemblée générale sous la …

PME: 250 millions de FCFA du  PAD pour favoriser les exportations   

Le Port autonome de Dakar (PAD) mettra sur la table 250 millions de FCFA l’année prochaine pour …