Accueil / Uncategorized / Milan tenu en échec

Milan tenu en échec

Mené au score à la pause malgré un bon Rensing, le Bayern Munich est parvenu à égaliser deux fois à San Siro grâce à son défenseur Daniel Van Buyten, alors que le Milan AC a manqué plusieurs occasions de concrétiser sa domination en première période (2-2).

Compte-rendu du match

Six d’un côté (1963, 1969, 1989, 1990, 1994, 2003), quatre de l’autre (1974, 1975, 1976, 2001), soit dix victoires en C1 au total, ce Milan AC-Bayern était sans doute l’affiche la plus prestigieuse des quatre quarts de finale de cette édition 2006-2007 de la Ligue des Champions. Et ce malgré les difficultés connues par ces deux clubs dans leur championnat national respectif. D’ailleurs, on avouait de part et d’autre avant le match avoir plus ou moins fait une croix sur un 18e ou un 21e titre de champion domestique pour se concentrer uniquement sur un sacre continental. Pour cela, il convenait d’abord de bien négocier ce match aller, c’est-à-dire ne pas prendre de but pour Milan, et «limiter la casse» pour Munich.

Pirlo malgré Rensing

Précoce contre le Real Madrid en huitièmes de finale, en ouvrant le score après une dizaine de secondes de jeu par Makaay, le Bayern Munich voulait rééditer la même performance, notamment lorsque Salihamidzic tentait une frappe d’entrée après un service du Néerlandais (1ère). Mais c’est le Milan AC qui allait se montrer le plus dangereux en première période, en profitant d’abord de la densité de son entrejeu (cinq joueurs contre quatre Munichois) pour accaparer le ballon, et même acculer son adversaire devant sa surface. La progression collective milanaise manquait cependant de vitesse pour prendre à défaut la lourde défense bavaroise, qui ne tremblait d’abord que sur un centre de Gattuso pour Seedorf, seul face à Rensing aux six mètres, mais un poil trop court pour marquer de près (3e).

C’est finalement sur des centres ou des coups de pieds arrêtés, et dans le domaine aérien, que les géants Lucio et van Buyten allaient finalement plier. Ambrosini était le plus prompt dans la surface de but pour reprendre d’une tête plongeante un corner de la droite, et il fallait un fabuleux réflexe de Rensing pour sauver la maison bavaroise (15e). La doublure d’Oliver Kahn allait récidiver vingt minutes plus tard, face à Gilardino dans la même position (36e), et suite à un centre en retrait de la gauche de Oddo. Mais Rensing devait finalement s’incliner à cinq minutes du repos sur une tête lobée de Pirlo, étrangement seul au moment de reprendre un ballon distillé par Jankulovski (1-0, 40e). Alors que Dida s’était fait peur tout seul sur une frappe de Ottl de trente-cinq mètres qu’il effleurait juste assez pour l’écarter de sa lucarne (24e), le Milan AC regagnait les vestiaires sur un avantage logique, malgré quelques belles phases de jeu allemandes.

But précieux pour Munich

Le retour sur la pelouse ne changeait rien à la physionomie de la rencontre. Milan reprenait sa domination du début de match, sans parvenir à réellement inquiéter Rensing cependant, surtout que Kaka, un peu plus percutant qu’avant la pause, ratait carrément le ballon seul devant le portier allemand sur un caviar venu de la gauche (54e). Gilardino avait écopé d’un avertissement peu avant pour avoir marqué dans le but vide malgré le coup de sifflet arbitral sanctionnant une position illicite de l’attaquant milanais (52e). C’est finalement Massimo Oddo, plutôt bon dans son couloir droit, qui était le plus dangereux, même si son audacieuse volée du droit dans un angle fermé retombait au-dessus de la cage de Rensing (66e). Les entrées en jeu de Lell et Pizarro, et les belles chevauchées du premier ou de Salihamidzic à la place de Sagnol allaient finalement aider le Bayern à revenir dans la partie. Sur un bon centre du Bosniaque, devenu arrière droit après la sortie du Français, Pizarro profitait de l’apathie de Dida sur sa ligne pour reprendre le ballon de la tête, et le dévier pour Daniel van Buyten, qui était monté sur un des nombreux corners obtenus par son équipe peu avant, et l’ancien Marseillais poussait le ballon dans le but vide (1-1, 78e).

Mais ce score de parité ne durait pas plus que six minutes car l’arbitre allait faire basculer involontairement la rencontre par une décision erronée. Alors qu’il n’avait pas accordé de penalty en première période sur un premier tacle de Lucio limite sur Kaka, Yuri Baskakov désignait le point de craie après une nouvelle intervention du Bavarois, indiscutablement licite cette fois, sur son compatriote, qui ne se faisait pas prier pour redonner l’avantage à son équipe (2-1, 84e). Ce coup du sort allait doper les visiteurs, vexés par cette décision et désireux de tout mettre en œuvre pour égaliser une seconde fois. Et grâce à leur défenseur central belge et la complicité de Dida, décidément fébrile, ils y parvenaient finalement dans le temps additionnel (2-2, 90e+3). Les mouches ont changé d’âne pour la qualification et le Bayern a peut-être fait le plus dur avant le match retour à l’Allianz-Arena.

Le jeu et les joueurs

Le milieu de terrain en 4-1 du Milan AC aura longtemps pris le dessus sur l’entrejeu à quatre éléments à plat du Bayern Munich, avant de manquer de fraîcheur au plus fort de la révolte adverse. En soutien d’un Gilardino en manque de confiance, Kaka aura encore touché beaucoup de ballons, mais sans être véritablement efficace. Le premier buteur Pirlo l’était davantage, alors que Gattuso et Seedorf étaient égaux à eux-mêmes dans les couloirs. La défense milanaise n’aura elle pas eu grand-chose à faire et Oddo pouvait apporter le surnombre devant, alors que Dida aura été très fébrile, et largement coupable sur les deux buts du Bayern.

Son jeune homologue était lui beaucoup plus à son avantage, réalisant deux beaux arrêts décisifs en première période, avant de l’être moins sur le premier but milanais. Mais à sa décharge, il aura souvent été abandonné par sa défense, à l’image de Lahm, fébrile dans son couloir gauche sauf en phase offensive, et de Sagnol, lui aussi à la peine à droite, et moins incisif que d’habitude dans les trente derniers mètres adverses. Lucio et van Buyten auront eux réalisé quelques sauvetages, avant d’être trop courts/lourds sur le but. Mais le Belge se rachetait en égalisant deux fois. Salihamidzic aura été précieux dans son couloir droit, même s’il ne parvenait pas à trouver Makaay. Mais son offrande pour Pizarro en seconde période était décisive.

Résultats des quarts de finale aller :

PSV Eindhoven – Liverpool 0-3

AC Milan – Bayern Munich 2-2

Mercredi

Chelsea – Valence

AS Roma – Manchester United


À voir aussi

Ziguinchor après la pluie : Poubelles et ordures ménagères envahissent les rues

Des pluies fortes s’abattent depuis quelques jours à Ziguinchor. Poubelles et ordures ménagères ont fini …

Report de l’inauguration de Masslikoul Jinaan» : Serigne Khassim Mbacké menace

L’information selon laquelle l’ouverture de la grand mosquée mouride de Dakar, «Massalikoul Jinaan»,  est remise sine …