Aminata Touré, à Dakar, en avril 2014. © AFP
Aminata Touré, à Dakar, en avril 2014. © AFP

Et si on en parlait… MIMI TOURE ANCIEN PM : Entre contradictions et erreurs

Aminata Touré, ou Mimi, est une Jeanne d’Arc. Elle a de la grandeur, de la hauteur et de l’autorité. Une autorité jugée même parfois oppressive quand elle détient une part du monopole de la violence légitime.

Elle est l’unique personnalité à rester loyalement dans le système, régnant après avoir quitté la Primature, défendant, parfois même laborieusement, le chef de l’Etat et son parti. Mais dans cette dynamique, elle dodeline souvent entre contradictions et erreurs.

Dans une récente sortie, elle cogite à convaincre que les actes posés par Macky Sall sont démocratiques. Mais elle admet, en même temps, que les élections pour le HCCT ne sont réellement pas démocratiques car, dit-elle elle-même, « la démocratie est généralement le suffrage direct ». Or, ces élections relèvent du suffrage indirect et n’y ont participé qu’une restreinte classe politique boulimique et jamais assouvie.

Un HCCT dont la moitié est nommée par le Président de la République en personne, ne peut être la psyché d’une expression démocratique populaire. Aminata Touré se trompe alors en y lisant « un effondrement de l’opposition », oubliant surtout que le Sénégal est en recomposition politique avec l’émergence de nouvelles forces de refus qui peuvent faire mal au « Macky ».

Par essence, le jeu démocratique se mène au suffrage direct quand les citoyens, détenteurs de la souveraineté, s’expriment illico au bénéfice d’une force politique ou à ses dépens. Le référendum de Mars 2016 n’est alors le baromètre d’aucune mouvance politique. La réponse à un Référendum est un Oui massif ou un Non total. Son initiateur échoue dès que le résultat ballote entre une adhésion minime et un rejet dérisoire. Celui de Mars 2016 est donc une faillite. Personne n’a gagné, personne n’a perdu.

Ensuite, sur Karim Wade, rien ne prouve qu’il ait envoyé une demande de grâce. Il est, en tout cas, libéré à la suite d’un deal indubitable, et il semble bien que tout s’est déroulé sans elle, l’ancienne Garde des Sceaux et ancienne Premier ministre, demeurée loyale dans son engagement.
Sa grave erreur est de croire que « les populations adhérent massivement à ce que fait le Gouvernement ». C’est à se tordre de rire ou à se lacérer de rage.
Il n’y a pas de pays où les populations « adhèrent massivement » à ce que fait un Gouvernement. Et au Sénégal, les populations déprécient le régime à cause du déficit de résultats palpables et de cette gloriole d’arrogants gonflés par un pouvoir qui les rend hautains et condescendants.

Certains ont, un moment, fait d’elle, Aminata Touré, une cible, l’attaquant avec une insolente violence. Leur arrogance comme celle des autres, donnent aujourd’hui à l’APR et à son régime une image repoussante.

L’arbitraire donne le sceptre à l’abus de pouvoir et amplifie les désillusions. Aminata Touré ne l’ignore pas. Sur la révocation de Sonko, elle avoue même être « assez surprise parce que c’est la première fois que ça arrive ». Et, puisque « c’est la première fois que ça arrive », comme elle le constate, cette révocation est donc insolite et absolutiste.

Comparer Sonko à la Fonctionnaire de l’ONU qu’elle fut est impertinent. Le droit international est loin du droit naturel qui légitime le droit de résister à l’autorité d’Etat quand elle est arbitraire, partiale et partisane.

Sur le débat du pétrole, Aminata Touré dont on connaît l’attachement à l’éthique, ne devrait point s’y inviter pour défendre un tiers. Elle ne paraît pas disposer d’informations précises, exclusives et capillaires sur les agissements de Aliou Sall dans la production de cette ressource. Et cette polémique ne se terminera pas en apothéose, ni pour Macky ni pour son frangin.

Le Piroguier

Voir aussi

images

LIBÉRATION DE KARIM WADE Toute la vérité sur le Protocole de Doha

Nos confrères de Jeuneafrique.com sont largement revenus, hier, sur la libération de Karim Wade par …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Open