Accueil / ACTUALITES / Ministère de la culture- le budget arrêté à 25 milliards de FCFA

Ministère de la culture- le budget arrêté à 25 milliards de FCFA

Le ministre de la culture, Abdou Latif Coulibaly a annoncé mardi à Dakar que le budget 2018 de son département en cours d’adoption est arrêté à 25 milliards de francs. ‘’Nous avons évalué les montants consacrés à l’investissement dans la culture à travers le seul budget du ministère de la Culture, arrêté à peu près à 25 milliards dans le budget en cours d’adoption. On notera que cela représente un peu moins de 0,8 pour cent de l’enveloppe globale’’, a-t-il dit. S’exprimant lors d’un pré-colloque organisé en prélude à la 16ème édition de la FILDAK prévue du 22 au 27 novembre, il a rappelé que d’autres pays ‘’consacrent 0,9 pour cent de leurs budgets nationaux à l’investissement sur la culture’’.  ‘’D’importants investissements consacrés à la culture du fait de la transversalité de ce secteur se retrouvent logés dans d’autres départements ministériels : éducation nationale, enseignement supérieur et forces armées’’, a-t-il expliqué.

M. Coulibaly a fait savoir ‘’que l’Etat du Sénégal consacre cinq milliards 172 millions de francs à des aides directes allouées aux acteurs culturels et aux producteurs de biens culturels de valeur’’. Le ministre a rappelé aussi que l’état alloue chaque année 472 millions de francs aux artistes s’activant dans les secteurs traditionnels de la musique, de l’art plastique aux différents arts scéniques. De même que, une enveloppe de 300 millions de francs est accordée aux cultures urbaines. ‘’Il s’agit d’une innovation prenant en compte une réalité notable qui est en passe de constituer un phénomène marquant dans l’évolution de notre patrimoine. Je pense à la musique Hip-hop, aux graffeurs et autres rollers’’, a-t-il dit. Le ministre de la Culture a annoncé que l’Etat vient d’allouer 1 milliard 400 millions de francs à la Société sénégalaise du droit d’auteur et des droits voisins (SODAV). ‘’Je n’oublie pas le soutien apporté au cinéma avec 2 milliards de FCFA du fonds de promotion à l’industrie cinématographique et audiovisuelle (FOPICA), de même que le livre qui dispose d’un fonds de 500 millions de francs. L’art plastique à travers la biennale de Dakar bénéficie du même montant’’, a-t-il expliqué.

À voir aussi

Une grève des aiguilleurs paralyse le trafic à l’Aibd

Le trafic est perturbé depuis jeudi soir à l’Aéroport international Blaise Diagne (AIBD) de Diass …

Le « Gouvernement du Sénégal » finance l’entrée en politique du frère du Président Sall

REWMI.COM- Ady Sall, l’autre petit frère du Président Macky Sall va soutenir activement son Grand …

Un commentaire

  1. Le frère qui avait crée le néologisme ‘INTELLECTRAITRE » était bien inspiré.
    Comment assoir un concept qu’on arrive difficilement à définir.
    Qu’est la culture?
    D’après la « Toupie » :La culture est l’ensemble des connaissances, des savoir-faire, des traditions, des coutumes, propres à un groupe humain, à une civilisation. Elle se transmet socialement, de génération en génération et non par l’héritage génétique, et conditionne en grande partie les comportements individuels. »

    Nous sénégalais , sommes à 98% musulmans, dont adeptes de l’Islam qui est une religion complète ( on y rajoute rien , Bida proscrit) et parfaite ( applicable en tout temps et tout lieu). La méthodologie du Prophète nous permet d’avoir une manière de faire pour chaque chose jusqu’à l’infime détails.
    Qu’est-ce qu’on a faire avec ces activités dégradantes ( comédie, théâtre, chant, danse , lutte avec frappe, défilé de mode, mannequinat, poésie, arts, dessins ; sculpture etc) ?
    Mêmes les ennemis de l’Islam l’ont reconnu , citons Lamartine:
    « Jamais un homme ne se proposa, volontairement ou involontairement, un but plus sublime, puisque ce but était surhumain : Saper les superstitions interposées entre la créature et le Créateur, rendre Dieu à l’homme et l’homme à Dieu, restaurer l’idée rationnelle et sainte de la divinité dans ce chaos de dieux matériels et défigurés de l’idolâtrie…
    …..restaurateur de dogmes rationnels, d’un culte sans images……  »

    Il n’y a que la culture islamique qui vaille, tout le reste n’est que diversion confirmant la toxicité de l’école laïque qui a généré cette élite  » soit disant intellectuelle » qui a facilité le drainage de cette marée noire de l’occident qui a envahi notre pays. La laïcte à formé des être dangereux , sans foi ni loi, pour qui la fin justifie les moyens. Ce sont ces gens qui a perverti la politique, corrompue le milieu religieux et aliéné notre jeunesse.
    Il n’est pas superflu de rappeller les objectifs du système laïc:
    «  »découvrir la vérité, il faut aller plus loin que ces rodomontades de tribune, bien sûr.
    Pénétrons plus en avant dans la pensée profonde et secrète de certains hommes politiques de ce temps.
    C’est l’inspecteur Dequaire Grobel qui déclare en 1896 : « le but de l’école laïque n’est pas d’apprendre à lire, à écrire et à compter, c’est de faire des libres-penseurs .
    L’école laïque n’aura porté ses fruits que si l’enfant st détaché du dogme, s’il a renié la foi de ses pères.
    L’école laïque est un moule où l’on jette un fils chrétien et d’où s’échappe un renégat. »
    C’est Jules Ferry écrivant ! « Nous voulons organiser l’humanité sans Dieu. »

    NO COMMENT