ACTUALITE

Ministre de l’Intérieur partisan, blocage de la DAF : le Oui risque de passer

  • Date: 16 mars 2016

Ce référendum est une question de vie ou de mort politique pour Macky Sall. Certes, il ne galvanise pas la majorité des Sénégalais qui n’y voient qu’une affaire politique. Mais il mobilise toute la classe politique et la Société civile qui y trouvent une occasion de mettre des points sur les i et de préparer la future présidentielle. Macky Sall en est conscient : un Non légitimerait une revendication de sa démission.
Le Non serait ainsi un désastre politique aussi bien pour lui que pour la majorité politique avec qui il partage le pouvoir. Nul ne scie la branche qui le porte. Et pour preuve ! L’immense fortune enrôlée, les moyens techniques engagés, les personnes ressources ciblées et l’embrigadement de toute la République et de tout l’État témoignent que pour rien au monde Macky Sall ne laisserait le Oui être défait.
Ce n’est pas pour rien que le ministère de l’Intérieur, organisateur du référendum, soit un militant actif du parti au pouvoir, un élu local de l’Apr. Son obligation de résultat est une impérative victoire du Oui sinon il serait soumis à une exigence de compte rendu.
Des blocages au niveau de la DAF sont dénoncés. Les raisons techniques avancées ne relèvent que de l’exutoire. Quand à moins d’une semaine du vote, un nombre consistant de citoyens se retrouvent dans une situation de barrage qui les empêche de voter, c’est la responsabilité de l’organisateur du référendum qui est essentiellement engagée. Mais celui-ci ne semble point en être embarrassé.
La seule finalité de son action est une victoire du camp présidentiel. Il n’œuvre qu’à cet épilogue avec une volonté de finir sa mission en apothéose pro domo.
Déjà, cette faute d’orthographe sur la devise de la République est la preuve d’un empressement de l’organisation du référendum. À cela, s’ajoute l’engagement énergique, personnel, dynamique, impétueux et furieux de Macky Sall lui-même : il y croit et s’y engage à fond. C’est une occasion de consolider sa légitimité et de renforcer son pouvoir, un pouvoir qu’il conserve jusqu’en 2019.
Les citoyens ne sont pas engagés dans ce référendum de sorte que certains craignent un faible taux de participation. Or, l’Apr a massivement mobilisé ses militants en plus des militants d’autres partis alliés avec des ressources financières incommensurables. Des personnes ressources, des personnalités civiles et des porteurs de voix ont investi le champ politique dans des zones extrêmement reculées comme le Fouta et le Boundou, le Djolof et le Saloum et réussissent avec astuce et artifice à vendre le Oui sans aucune forme de procès.
Ce Oui ne renvoie pas pour eux aux réformes soumises au référendum, mais à ces leaders locaux eux-mêmes, véritables Abbé Pierre de ces localités dont les noms sont inextricablement mis en asyndète avec celui de Macky.
Dans certaines localités urbaines et dans certaines zones rurales, le Non peut s’imposer. Mais le Oui pose de grands jalons décisifs : dans beaucoup de localités, des jeunes, des femmes et des personnes du 3ème sous informés, sans aucune connaissance des enjeux du référendum, désintéressés pour leurs mobilisations et leurs engagements sont enrôlés çà et là avec une intoxication volontaire d’un soutien du Oui de la part d’influentes autorités religieuses.

Le Piroguier

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15