Accueil / ACTUALITES / Mise en œuvre du Pse- L’Etat invité à intégrer les écoles coraniques

Mise en œuvre du Pse- L’Etat invité à intégrer les écoles coraniques

 Le président-fondateur de l’Institut islamique Imam Hassane Cissé, Oustaz Makhtar Ndiaye, a invité, hier, l’Etat du Sénégal à impliquer les Daaras dans la mise en œuvre du Plan Sénégal Emergent (Pse). Il s’exprimait au cours de la cérémonie de sortie de la deuxième promotion de l’Institut islamique Imam Hassane Cissé.

La cérémonie de sortie de la deuxième promotion de l’Institut islamique Imam Hassane Cissé a eu lieu, hier. A cette occasion, le président fondateur dudit institut, Oustaz Makhtar Ndiaye, a renseigné que les milliers de jeunes sénégalais qui sont dans les écoles coraniques devraient être impliqués dans la mise en œuvre du Plan Sénégal émergent (Pse) pour ne pas laisser en rade une bonne franche de la population dans le projet d’émergence que s’est fixé l’Etat du Sénégal. «Les écoles coraniques ont largement leur place dans le plan Sénégal émergent. Ces daaras encadrent des milliers de jeunes, à travers l’apprentissage du Coran, l’éducation islamique, en faisant la promotion des bonnes valeurs. L’émergence ne pourra jamais se réaliser sans une jeunesse bien éduquée et imbue de sa culture et des bonnes valeurs de sa société. Nous parvenons à faire réciter le Coran tout entier à des jeunes de 7, 8 ou 9 ans. Il suffit un peu d’accompagnement étatique pour que les daaras contribuent à la grande construction de l’œuvre nationale», a-t-il expliqué.

La politique de modernisation des daaras initiée par l’Etat du Sénégal passe d’abord par le renforcement de l’existant. «Il y a des écoles coraniques qui se sont très bien organisées, qui ne s’adonnent pas à la mendicité et qui respectent les conditions de vie des enfants. Ces daaras-là, il faut les accompagner par la dotation de moyens et d’équipement pour une meilleure formation des jeunes», a indiqué M. Ndiaye, selon qui, l’émergence n’est pas seulement la construction de ponts, de routes et d’infrastructures modernes. C’est avant tout un état d’esprit, une bonne éducation, une assise culturelle et la promotion des bonnes valeurs. A l’en croire, si le gouvernement mène son projet vers l’émergence sans l’implication de ces jeunes, ils vont se lever un beau jour pour détruire les ponts et s’attaquer à tous les édifices.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

APR- BENNO BOKK YAKAAR Une majorité minoritaire

La géopolitique sénégalaise, de 2010 à 2012, n’a rien à voir avec la situation politique …