téléchargement (3)

MOBILE BANKING DANS LA ZONE UEMOA 6000 milliards de FCFA de transactions 

Dans les pays de  l’Uemoa, les services financiers via la téléphonie mobile se sont bien comportés en 2015  avec un chiffre d’affaires de 6000 milliards de nos francs.

Au cours de la dernière décennie, la téléphonie mobile s’est développée de façon exponentielle sur le continent africain. La faiblesse de l’inclusion financière et la volonté de diversification des opérateurs les a conduits à proposer des services financiers dont le support est le téléphone mobile. Dans l’espace Uemoa, à la fin des 3 premiers trimestres de de l’année 2015 la valeur des transactions financières réalisées via le mobile s’élevait à 6000 milliards FCFA, en hausse de 36% par rapport à 2014. La révélation a été faite par le directeur général du Groupement interbancaire monétique de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (GIM-UEMOA) Blaise Ahouantchede, à l’ouverture du 5ème Salon monétique régional à Dakar. Il en va de même pour le volume des transactions qui est passé de 249 millions à 347 millions sur la même période (+34%). En moyenne les opérateurs et prestataires traitent 1.3 millions d’opérations par jour pour une valeur moyenne journalière de 19 milliards FCFA contre seulement 10 milliards FCFA 9 mois plus tôt. Comme il fallait s’y attendre, la croissance du volume d’affaires du secteur s’est accompagnée d’un accroissement des points de vente et de services dans l’espace régional. L’UEMOA est ainsi passée de 93 621 points de services en décembre 2014 à 132 658 en septembre 2015 soit une hausse de 42%.Le nombre de personnes ayant souscrit un service financier par téléphone s’élève désormais 21.9 millions contre 18.2 millions à la fin de l’année 2014. Cependant, 69% d’entre eux étaient inactifs en septembre dernier contre 40% en décembre 2015.

Le Sénégal à la traîne

Cependant au Sénégal, cela n’a pas été le cas ; le secteur a été caractérisé par une décélération. Notre pays a reculé de 21% en raison notamment de l’existence dans ce pays d’organismes de transferts d’argent alternatif tels que Wari et Joni Joni. Il a enregistré à fin septembre 2015, un volume de 18 millions de transactions évaluées à 152 milliards de francs Cfa. En 2014, notre pays présentait un volume de 18,8 millions de transactions évaluées à 192 milliards de francs Cfa. Quant au volume de transaction, la Côte d’Ivoire et le Mali concentrent 76% du volume de transactions régional. Ces 2 pays sont suivis par le Burkina Faso (8%), le Niger (6%), le Sénégal (5%), le Bénin (3%) et le Togo (2%). Cette tendance baissière concerne également le Niger, qui a enregistré dans la même période, un volume de 19 millions de transactions évaluées à 149 milliards de francs Cfa. «La Côte d’Ivoire, le Mali et le Burkina concentrent 84,56% du volume des opérations et 90,54% de la valeur totale des transactions dans l’Union. En 2014, ces pays représentaient 86% du volume des opérations et 91,3% de la valeur totale des transactions dans l’Union», relève le rapport.

Mouhamadou BA

Voir aussi

8a2558dfbf6da147bac90bb92f410e7d8d79f5db

Keur Momar Sarr: Paris injecte 61 milliards Cfa dans l’usine de traitement d’eau potable

La France, par le biais de l’Agence française de développement va apporter une contribution financière …