Accueil / SOCIETE / Modernisation de l’Etat civil au Sénégal- Un satisfécit mitigé

Modernisation de l’Etat civil au Sénégal- Un satisfécit mitigé

 Le ministre de la Gouvernance locale, du Développement et de l’Aménagement du territoire a procédé, hier, à la 3ème réunion du Comité national de pilotage du projet d’appui à la modernisation de l’état civil du Sénégal (Pamec). Un  projet  auquel l’État accorde un grand intérêt pour sa mise en œuvre correcte.

Nonobstant les efforts consentis par les autorités pour booster l’état civil au Sénégal, les imperfections demeurent toujours. Le ministre Abdoulaye Diouf Sarr a déploré lui-même les lenteurs du rythme d’exécution  du Projet d’appui à la modernisation de l’état-civil. D’où l’organisation d’une 3ème réunion du Comité national de pilotage dudit projet qui se tient 14 mois après celle organisée le 07 août dernier. Selon le  ministre Abdoulaye Diouf Sarr, cette situation s’explique par le retard accusé dans la mise en œuvre du premier devis programme (Dp1).

En effet, révèle-t-il, le projet a eu à enregistrer un taux d’exécution de 77,48%. Mais, tient-il à préciser, ce rythme d’exécution est dû au taux de décaissement qui était de 30,37%, lors du deuxième comité national de pilotage. Aussi, poursuit-il, il a été réalisé un état des lieux du fonctionnement des 689 centres d’état civil à travers l’étude diagnostique de l’état civil. Il s’est également agi de la  distribution de supports de communication et la formation de 373 officiers et agents d’état civil des régions de Diourbel, Louga, Saint-Louis et Thiès. S’agissant de la composante 3 « Sécurisation du patrimoine de l’état civil », l’étude archivistique, la reconstitution des actes et la restauration des registres d’état civil des centres saccagés ont été réalisés, a déclaré le ministre Abdoulaye Diouf Sarr.

Au vu de ces  résultats enregistrés dans le Dp1 et des avancées notées dans la mise en œuvre du Pamec,  il est permis, selon lui, de saluer les immenses efforts déployés par les points focaux du comité technique ad hoc et les membres des différents sous–comités techniques, qui ont participé activement à l’atteinte des objectifs du projet. « Au titre du deuxième devis programme (Dp2), nous pouvons dire, sans risque de nous tromper, qu’avec le renforcement des effectifs de  l’équipe et les nouvelles orientations du Pamec,  le Sénégal s’est véritablement engagé dans la voie de la modernisation de son système d’enregistrement des faits et statistiques d’état civil », se réjouit-il. Avant de renchérir : « Ce  projet intervient à un moment où la problématique de l’état civil en Afrique, et au Sénégal en particulier, est devenue incontournable pour une bonne planification du développement économique et social ».

Mouhamadou BA

Share This:

À voir aussi

KORITE 2017- La volaille se fait rare

A soixante-douze heures (72h) de la célébration de l’Aïd El Fitr, les populations de la …