Education

MODERNISATION DES « DARAAS » Six ministères se battent pour le contrôle des fonds islamiques, au détriment des bénéficiaires

  • Date: 13 janvier 2016

 La situation des « daraas » au Sénégal ne change pas malgré l’incendie de celui de la Medina (Dakar), il y a deux ans. Pis, les  10 milliards F Cfa alloués annuellement par la finance islamique ne se font pas sentir sur le terrain à cause de la guerre fratricide entre les six ministères qui interviennent dans la modernisation des « daraas ».

Au Sénégal, les autorités “terrorisent” la population sur leur volonté de moderniser les  “daraas” pour régler la question de la mendicité. Mais à  en croire  Mansour Ndiaye, Expert en microfinance « ce projet a été zappé du fait de la clientélisme politique.  Souvent, les maires et ministres, se partagent le gâteau  en essayant de nourrir  leurs bases politiques au détriment des véritables acteurs  à savoir la Fédération des maitres coraniques ou les femmes de “daraas”. Pourtant ce sont des organisations professionnelles et qui ont prouvé sur le terrain pendant plus de trois ans et constitués par des Sénégalais. Mais de telles structures devraient être promues dans ce pays ».  Selon nos informations, la finance islamique injecte 10 milliards F Cfa par an dans notre pays. Cette manne financière n’a rien changé sur le terrain. Pour Mansour Ndiaye, c’est la politisation de l’action qui aurait détourné l’objectif. « Nous n’avons constaté que les 10 milliards F Cfa qui devraient être injectés pour la modernisation des “daraas”, chacun  essaye de tirer de son côté en finançant son marabout et son “daraas” alors que c’est destiné pour toutes les écoles », se désole-t-il.

Poursuivant, il ajoute : « C’est un manque de volonté  politique de l’État d’aider les  écoles coraniques parce que ce ne sont pas enfants des ministres et des cadres de l’administration. En réalité, la cadence est donnée par les partenaires des ONG, qui ont une vision, et qui veulent assister ces enfants qui passent la nuit dans les rues. Et c’est un phénomène extrêmement grave parce que si ces enfants ne sont pas pris en charge, ils peuvent être sous le feu du banditisme et même du jihadisme. »

En dehors de ces manquements, il y a aussi l’intervention de plus de cinq ministères qui pose problème aux yeux de l’expert en finance. « Il y a le ministère de l’Économie, des Finances et du Plan, le ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, le ministère de l’Éducation nationale…, qui interviennent sur la question des “daraas”  sans aucune vision parce  que les véritables acteurs ont été exclus », dénonce M. Ndiaye. Par contre, il demande au Gouvernement de confier le projet à l’Association des maitres coraniques habilitée à conduire ce projet au lieu de le confier aux chasseurs de primes.

Pour rappel, les 10 milliards F Cfa ont été financés par les fonds de WAQF. C’est un mécanisme très puissant dans la finance islamique  en rapport avec la BID, qui alloue chaque année 10 milliards F Cfa destinés aux œuvres sociales. Cependant, sur le terrain, toutes ces actions ne sont nullement visibles.

Ibrahima Khalil DIEME

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15