ACTUALITE

Modification du règlement intérieur de l’Assemblée nationale : l’insulte de trop à la démocratie sénégalaise !

  • Date: 6 juillet 2015

 En procédant à un vote massif de la proposition de loi portant modification du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, les députés de Benno Bokk Yakaar ont posé un acte qui sera lourd de conséquences sur la marche des instituions de la République du Sénégal. Et pour cause, la bande à Moustapha Diakhaté a rétabli le quinquennat pour la présidence de l’auguste Institution, permettant ainsi à Moustapha Niasse, qui a fait allégeance à Macky Sall, depuis longtemps, de se voir récompensé. Le leader de l’Afp peut ainsi respirer, tout en plastronnant fièrement sur son fauteuil de deuxième personnage de l’Etat.

Par le biais de ce vote, les députés de la majorité ont également «verrouillé», en déclarant «la transhumance parlementaire» hors la loi. Une trouvaille destinée à maintenir une épée de Damoclès sur la tête du parti socialiste, l’allié le plus encombrant de l’Apr et de son chef. Car, et ce n’est même plus un secret de polichinelle, les Verts vont croiser le fer avec le parti présidentiel, pour reconquérir le pouvoir en 2017. Qui plus est, des députés socialistes ont, ces derniers temps, manifesté des velléités de rébellion qui pouvaient bien les pousser à quitter le groupe parlementaire de la majorité, pour constituer leur propre groupe. Maintenant, grâce à cette entourloupe, non seulement, Barthélémy Dias et compagnie ne peuvent pas sortir du groupe BBY, mais aussi, ils n’ont aucune chance d’atteindre le quota de 15 députés, désormais exigé, pour disposer d’un groupe parlementaire… Après le tollé suscité par l’adoption de cette loi que certains qualifient de scélérate, le constitutionnaliste Ismaila Madior Fall, soupçonné d’en être l’inspirateur, s’est empressé de souligner : «Moustapha Diakhaté et les députés signataires de la proposition de loi portant modification du règlement intérieur de l’Assemblée nationale, n’ont fait qu’appliquer la règle voulue au Sénégal depuis les indépendances.» Il faut dire que l’éminent professeur a raison de faire ce rappel historique, surtout quand on sait que c’est pour des raisons d’une politique politicienne dictée par la volonté de liquider un adversaire que les Socialistes ont tripatouillé les textes en 1984, pour débarquer Habib Thiam au profit de Daouda Sow, avant que les Libéraux ne commettent la même forfaiture en 2008, pour éliminer Macky Sall et installer Mamadou Seck sur le perchoir de la place Soweto.

Mais au-delà des querelles de clocher, somme toute, acceptables dans la vie d’un Parlement, force est de constater que les députés de la majorité, qui nous avaient promis une gouvernance vertueuse, sobre et de rupture sont en train de tomber dans les travers de leurs sinistres prédécesseurs qui ne légiféraient que pour le parti et jamais pour la patrie. Leur coup de Jarnac est d’autant plus amer qu’il sonne comme la félonie de trop de la mouvance présidentielle. Cette dernière, après avoir déçu les Sénégalais par son incapacité à satisfaire leurs besoins basiques comme la fourniture de l’eau ou de l’électricité, tergiversé sur la date de la prochaine élection présidentielle et fait l’apologie de la transhumance, revient pour remettre en cause les acquis démocratiques de notre pays. Et, à moins que le président Macky Sall et son parti (ou plutôt son alliance) n’aient un agenda caché ou ne mijotent d’autres lois impopulaires, l’on ne voit pas pourquoi ils s’aventurent à insulter une fois de plus la démocratie sénégalaise.

Serigne Saliou SAMB

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15