POLITIQUE

MODOU DIAGNE FADA, PRESIDENT DU GROUPE PARLEMENTAIRE DES «LIBERAUX ET DEMOCRATES»   «JE VAIS CREER MON PARTI…»

  • Date: 29 janvier 2016

Il n’y aura ni parricide encore moins d’infanticide dans la guerre larvée entre Abdoulaye Wade et son fils putatif, Modou Diagne Fada. Et pour cause, le chef des réformistes du Pds semble résolu à tracer une autre voie que celle de la confrontation pour poursuivre sa carrière politique. Comme Serigne Diop, Ousmane Ngom et autre Idrissa Seck qui avaient largué le Pds avant lui, Modou Diagne Fada va prochainement créer une formation politique. Le président du groupe parlementaire des « Libéraux et démocrates » a également annoncé, à l’occasion de l’émission « Sans Détour » de SenePlus.com qui sera diffusée ce dimanche, qu’il sera tête de liste, lors des élections législatives de 2017.

Encore une autre idylle en fin de cycle au sein du Pds, entre le Pape du Sopi et un de ses fils putatifs ! Pour cause, Modou Diagne Fada a décidé de s’affranchir de la tutelle d’Abdoulaye Wade en créant sa propre formation politique. L’homme de Darou Mousty a fait cette annonce hier, jeudi 28 janvier, lors de l’émission «Sans Détour» du site SenePlus.com qui sera diffusée ce dimanche.
«Il y a deux choix qui s’offrent à nous, les réformistes. La première serait qu’on fonce en convoquant le congrès du Pds qui peut se faire avec le rassemblement des 2/3 des Fédérations ou par le bureau politique ou par le secrétaire général», a soutenu le président du groupe parlementaire des « Libéraux et démocrates » et par ailleurs président du Conseil départemental de Kébémer. «Cette voie semble périlleuse pour moi, compte tenu des relations que j’entretiens avec Wade. Moralement, il m’est difficile de le faire sortir de cette façon de l’arène politique».
L’ancien ministre de la Santé sous l’ère libérale dira par suite : «L’autre voie, c’est la création d’un parti politique». «Je ne sais pas quand est-ce qu’il faut le faire. Mais il faut naturellement choisir ». Toutefois, s’est-il empressé de préciser, « ce qui est sûr et certain, c’est que je serai tête de liste lors des élections législatives de 2017 et mon ambition, comme celle de tout homme politique sérieux, c’est d’occuper le palais présidentiel».
Le président du Groupe parlementaire des « Libéraux et démocrates » est également revenu sur plusieurs autres questions, notamment le statut de Touba en soutenant que la ville doit avoir un statut spécial à l’image du Vatican ou de Monaco. Quant à la question de l’homosexualité, Modou Diagne Fada a demandé à l’Etat de rester ferme et d’éviter de tomber dans le piège des pays occidentaux qui, selon lui, «mettent en avant l’orientation sexuelle de certains pour faire passer les actes contre-nature».
Enfin, le président du groupe parlementaire de l’opposition a déclaré être du même avis que le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne sur le refus du Sénégal d’extrader Papa Massata Diack. Bref, c’était un Fada « Sans Détour » qui s’est prêté aux questions des chroniqueurs du journal Sud Quotidien, EnQuête et SenePlus.com. Interview à diffuser dimanche prochain.
Sud quotidien

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15