Accueil / ACTUALITES / Monseigneur Benjamin Ndiaye «Que le Christ ressuscité nous fasse mieux aimer et respecter la vie»

Monseigneur Benjamin Ndiaye «Que le Christ ressuscité nous fasse mieux aimer et respecter la vie»

La résurrection du Christ, la migration, la protection de l’environnement  sont les questions abordées par Monseigneur Benjamin Ndiaye à la Cathédrale de  Dakar. C’est  lors de la  célébration de  la veillée  Pascale qui est la cérémonie liturgique qui prélude à la fête de Pâques.  

Dans son homélie, l’archevêque de  Dakar, Mgr Benjamin Ndiaye est revenu largement  sur le sens  de  la célébration de la veillée Pascale. « Nous voilà au cœur de cette nuit de Pâques pour accueillir l’annonce centrale de la foi chrétienne à savoir le Christ Jésus qui a été crucifié, qui est mort sous Ponce Pilate et, qui a été enseveli et ressuscité d’entre les morts. Il est vivant à jamais». D’après l’archevêque, telle est l’annonce essentielle sans laquelle, ‘’notre’’ foi serait purement illusoire. « Que cette fête de Pâques qui nous fait expérimenté la victoire de la vie sur la mort  ait raison de tous les germes de morts qui menacent constamment notre vie et notre commune volonté de vie ensemble. Qu’elle  renouvelle notre cœur, nos mentalités et nos comportements », a-t-il dit. Et d’ajouter : « Que la lumière du Christ ressuscité que nous avons acclamé au-dessus de cette célébration à travers le symbole du cierge Pascal illumine nos esprits et nous inspire des paroles et des actes de  vérité, de justice et de paix. Que le Christ ressuscité nous fasse mieux  aimer et respecter la vie ».  Selon lui,  que la lumière du Christ ‘’nous ‘’donne un cœur et un esprit nouveau comme annonçait le prophète Ezéquiel.

Reconnaissance  effective  des  droits de tous

A l’écoute  du  récit de  la sortie de l’Égypte, dira  Mgr Ndiaye :«  comment  ne pas penser à  tous  ces migrants qui tentent  par tous  les moyens de quitter leurs pays dans l’espoir d’améliorer leurs situation et celle de leurs familles. Des migrants souvent victimes de réseaux de passeurs d’esclavagistes et d’autres exploiteurs ». Or,  soutient-il, la migration que Dieu propose est la libération du jour de l’esclavage. La migration que Dieu propose est une conquête de la liberté contre l’oppression. A travers le signe de l’exode, Dieu manifeste sa protection pour tous ceux qui sont brimés, tous ceux, les droits ne sont pas reconnus. « En s’attachant  les  services de  Moïse, le  Seigneur Dieu a fait  passer  de son peuple de la servitude à la liberté. Puissions-nous tous, acteurs de la société, travaillez  à la reconnaissance  effective  des  droits de tous  au nom de  Dieu  de la vie », a souligné l’archevêque.

Implication des communautés pour la protection de l’environnement

Parlant du récit de la création  au livre de la Genèse, le célébrant a fait savoir : « En  nous rappelant ce que Dieu a fait  était très bon, doit nous pousser à mieux protéger notre environnement et à promouvoir  des comportements qui préservent  notre  maison commune comme disait le Pape François ». A l’en croire, dans l’encyclique ‘’Laudato si ‘’du Pape qui traite de ce sujet, devrait ressusciter davantage  de mobilisation de la part des chrétiennes en collaboration avec les autres croyants et les hommes de bonnes volontés. D’ailleurs  le  message de notre conférence épiscopale des évêques (Sénégal, Mauritanie, Cap-Vert et Guinée Bissau) ‘’nous’’a offert pour ce carême qui s’achève sur le respect et la promotion du bien commun. Ils abordent la question de l’environnement  comme  un bien commun que ‘’nous devrons préserver’’. « Que devrait  faire notre Eglise en ce domaine. Au-delà de la récente proposition plutôt symbolique  de prendre  des foulards  en lieu  et place des rameaux, ne faudrait-il pas  plus  d’implication de nos communautés  dans  la protection de l’environnement », s’est-il interrogé ? D’après l’archevêque  de  Dakar   il faut qu’on arrête   dans  ce pays de faire  du théâtre  social, de battre le tam-tam  pour aller planter deux arbres qu’on n’entretient  pas et on pense à autre chose. « On ne travaillera pas ainsi à la promotion de l’environnement », a-t-il conclu.  Durant  la messe, Mgr  Ndiaye a  baptisé 4 catéchumènes qui ont pris l’engagement d’entrer dans la famille  chrétienne.

Zachari BADJI

À voir aussi

Porcès Khalifa Sall : L’État reste

Le juge Demba Kandji, le président de la Cour d’appel de Dakar, qui juge Khalifa …

Mort de Pape Sarr : La police s’en lave les mains

Arrêté samedi et placé en garde à vue au commissariat de Thiaroye pour vol de …