Accueil / FAITS DIVERS / MORT PAR ASPHYXIE DES CINQ ENFANTS DIAS- LE PARQUET REQUIERT DEUX ANS FERME CONTRE MANSOUR FALL

MORT PAR ASPHYXIE DES CINQ ENFANTS DIAS- LE PARQUET REQUIERT DEUX ANS FERME CONTRE MANSOUR FALL

Le présumé auteur de l’incendie à l’origine de la mort par asphyxie des cinq enfants de la famille Dias à l’Unité 17 des Parcelles Assainies, a comparu hier, à la barre du Tribunal des flagrants délits pour homicide involontaire. Coupable aux yeux du parquet d’avoir abandonné une bougie qui a provoqué l’incendie, le vieil homme encourt deux ans ferme. En attendant le délibéré du juge, le 24 mai prochain, le prévenu a inscrit ce drame sous le compte du destin.

Une semaine après la mort tragique des cinq frères et soeurs de la famille Dias à l’unité 17 des Parcelles Assainies, l’auteur présumé de l’incendie et non moins grand-oncle des victimes (l’oncle de leur père», Mansour Fall a été attrait hier, à la barre du Tribunal des flagrants délits pour homicide involontaire. Le mis en cause âgé de 61 ans, s’est présenté devant le juge comme un transitaire de profession et célibataire sans enfants. Un vieil homme au comportement troublant qui laisse croire qu’il ne jouit pas de toutes ses facultés mentales.

En effet, devant un tel  drame qui a consterné toute une Nation, le prévenu, devant le juge avait pris ses aises. D’emblée, il a déploré les renvois à la pelle de cette affaire qui, pourtant venait d’être appelée pour la première fois à la barre. Revenant sur son imprudence qui a été à l’origine de l’incendie, le sexagénaire d’inscrire ce drame sous le compte du décret divin. «Dieu m’est témoin, je n’ai pas fait exprès, c’est la volonté divine», se dédouane le vieil homme qui s’est permis dans la foulée, de libérer ses crachats dans la salle d’audience.

Rappelé à l’ordre par le juge, il s’amende et poursuit son récit: «C’est à l’heure de la prière de l’aube que j’ai allumé la bougie que j’avais placée dans un bocal. Je n’avais pas jugé nécessaire de l’éteindre étant donné qu’elle avait presque atteint la lie. C’est ainsi que je suis parti avant de revenir aux environs de minuit pour constater le drame», ajoute le prévenu qui estime que la bougie serait tombée parce qu’il n’y avait pas de sable pour la fixer convenablement dans le bocal. A la question du juge de savoir pourquoi il n’avait pas éteint la bougie, à défaut d’utiliser un pot adéquat pour fixer la bougie, l’oncle du père des victimes, fataliste, pour opposer une nouvelle fois la volonté divine.

A l’en  croire, depuis 25 ans, il a toujours procédé ainsi avec ce bocal pour contenir la bougie. Du côté du parquet, le maître des poursuites n’a pas partagé l’avis du prévenu qui s’est réfugié dans le fatalisme. A l’en croire, les faits sont graves et rien que pour l’exemple, le prévenu doit être condamné. Aussi a-t-il requis deux ans de prison contre Mansour Fall qui sera édifié le 24 mai prochain sur son sort. Par ailleurs, en dépit de ses écarts de comportement à la barre, le prévenu dit nourrir des regrets suite à sa négligence coupable. A l’en croire, depuis ce jour, il n’arrive pas à s’alimenter correctement ni à dormir à poings fermés.

L’As

Share This:

À voir aussi

10 ans de travaux forcés pour les meurtriers du militaire Jean Marie Mendy

10 ans de travaux forcés. C’est la peine que la Chambre criminelle du Tribunal de …

En détention depuis un an au camp pénal- Boy djiné parle de ses difficiles conditions de détention

Initialement prévu hier, le délibéré sur les exceptions soulevées par la défense lors de la …