Accueil / ECONOMIE / MOUSSA SOW, COORDONNATEUR NATIONAL DU PUMA « Nous avons listé 18.444 actions à réaliser au niveau des zones frontalières »

MOUSSA SOW, COORDONNATEUR NATIONAL DU PUMA « Nous avons listé 18.444 actions à réaliser au niveau des zones frontalières »

Un atelier de partage et de rationalisation des actions prioritaires du Programme d’urgence de modernisation des axes et territoires frontaliers (PUMA) s’est ouvert, hier, à Dakar. S’exprimant à cette occasion, son coordonnateur national, Moussa Sow, a déclaré qu’ils vont réaliser 18.444 actions au niveau des zones frontalières.

 Cette annonce a été faite, hier, par son coordonnateur national qui exprimait lors d’un atelier de partage et de rationalisation des actions prioritaires du PUMA. Moussa Sow a déclaré que ces actions sont les besoins prioritaires exprimés par les gouverneurs de régions dans les zones frontaliers. Le coordonnateur national du PUMA dira qu’il s’agit d’actions qui concernent la santé, la construction d’infrastructures de sécurité, la téléphonie, des infrastructures hydrauliques, entre autres. Il a par ailleurs indiqué que la mise en œuvre du PUMA va concerner 10 régions et va impacter plus de 4,7 millions de personnes. A en croire Moussa Sow, ces actions vont être réalisées dans le cadre d’une programmation annuelle.

Toutefois, il renseigne que le gap institutionnel est de 57 ans. Donc, c’est un retard de 57 ans et pour le rattraper, nous dit toujours Moussa Sow, il y a un minimum de temps qu’il faut à PUMA, à l’Etat du Sénégal. De son côté, le président du comité de suivi du PUMA, le général Abou Thiam, a insisté sur le « caractère urgent » du programme. Selon lui, le PUMA est effectivement un « programme d’urgence » qui va dans le sens de redonner à ces populations sénégalaises leur lustre, de les accompagner dans la réalisation de leurs besoins les plus élémentaires, à savoir les infrastructures sociales, les activités génératrices de revenus, un désenclavement physique et numérique, en somme, tout ce qu’un Sénégalais est en droit d’attendre de l’Etat.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Entreprises sénégalaises- le commerce représente 52%

Le rapport intégral de l’Agence nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD) sur …

Ali Mansoor, chef de la mission du Fmi au Sénégal alerte : « la dette publique pourrait atteindre 30% en 2017 »

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) a séjourné au Sénégal, dans le cadre de la …