SOCIETE

MOUSSA SOW SUR LA QUESTION FONCIÈRE AU FOUTA « Il faut que les « Foutankés » comprennent comment est régie la terre domaniale, aujourd’hui, dans le Fouta »

  • Date: 6 juin 2016

Maire de Walaldé et Inspecteur principal des impôts et domaines de classe exceptionnelle, Moussa Sow s’est prononcé, samedi dernier, sur la question foncière au Fouta. C’était à l’occasion de la Journée d’intégration organisée par le Mouvement des élèves et étudiants de Walaldé (Meew). Selon lui, les « Foutankés » doivent comprendre la législation domaniale et foncière en vigueur au Sénégal pour faire face aux programmes qui vont suivre le désenclavement qui a été engagé par le président de la République, Macky Sall.

Le Fouta, comme les autres localités du pays, est confronté à un véritable problème de terre. Certains parlent de spoliation, d’autres d’accaparement tout azimut de terres au profit d’une minorité qui a une ascendance sur le peuple. Pour éviter que cette question foncière vire au drame, les élèves et étudiants de Walaldé ont, lors de leur journée d’intégration, samedi dernier, organisé une conférence orientée sur le thème : « La question foncière au Fouta ». Parrain de la journée, l’Inspecteur principal des impôts et domaines de classe exceptionnelle et par ailleurs Maire de ladite commune, Moussa Sow, a donné son avis sur la question. Il a tenu à préciser d’emblé qu’il n’a eu aucune influence sur le choix du thème.
Cependant, déclare-t-il, « c’est un thème qui est d’actualité parce qu’effectivement, il n’y a pas de question foncière au Fouta à proprement parler ». Et de renchérir : « Le Fouta est partie intégrante du territoire sénégalais. Ce sont les lois de la République qui s’appliquent un peu partout au Sénégal. En fait, la question aurait due être posée autrement, c’est-à-dire les « Foutankés » par rapport à la législation domaniale et foncière en vigueur au Sénégal ».
Selon lui, il faut que les populations s’imprègnent d’avantage de ce que dit la loi par rapport à la question foncière et, il faut qu’ils comprennent également comment est régie la terre domaniale, aujourd’hui, dans le Fouta, dans l’île à Morphil.
« Les grandes potentialités sur le plan de terre de culture se trouvent dans l’île à Morphil »

En comprenant cela, l’Inspecteur principal des impôts et domaines indique que les populations pourront faire face aux programmes et aux projets qui vont nécessairement suivre le désenclavement qui a été engagé par le président de la République, Macky Sall. Il s’agit des mutations profondes qui vont s’opérer incessamment dans le département de Podor, dans l’île à Morphil avec le Plan Sénégal Émergent (Pse), le programme d’autosuffisance en riz du Sénégal. « Les grandes potentialités sur le plan de terre de culture se trouvent dans le département de Podor, dans l’île à Morphil. C’est la raison pour laquelle, dans un an certainement, la route de l’île à Morphil sera déjà effective, les ponts promis par le chef de l’État seront réalisés et l’électrification est déjà en cours ”, soutient Moussa Sow.
Toujours selon l’édile de cette Commune, ces mutations, ce désenclavement, ce programme infrastructurel va induire d’autres activités qui vont résulter de la possibilité qui est offerte, aujourd’hui, d’exploiter à bon escient ces terres. Sur ce, les cadres de l’île à Morphil ont mis en place un cadre de concertation. « Nous sommes en train de réfléchir et pour nous il faut nous approprier les programmes de l’État, aider l’État du Sénégal aussi à réaliser ses projets dans le département de Podor. Et, c’est un partenariat que nous appelons », précise le Maire de Walaldé. Il faut dire que ce cadre de concertation va regrouper des maires, des conseillés départementaux, des conseillés municipaux originaires de l’île à Morphil. Sa mission principale est de mettre les populations au diapason de la loi actuellement en vigueur. Toutefois, cette journée a vu la participation des Maires de Demett, Guédé village et de Pété, entre autres, responsables de l’île à Morphil.

Cheikh Moussa Sarr

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15