ACTUALITE

Moustapha Diakhaté : des gaffes à n’en plus finir

  • Date: 25 mai 2016

Il est Président du Groupe parlementaire de la majorité. Mais il parle trop et il parle mal. Ses répliques sont politiciennes et régulièrement impertinentes. Pourtant, les groupes parlementaires de la majorité ont toujours été entre les mains de députés pleins de halo et de pertinence même dans la polémique. Mais ce n’est pas le cas avec Moustapha Diakhaté qui a tout d’un député-Président de Groupe parlementaire bien singulier. Dans tous les débats, il se particularise plus dans la polémique puérile que dans la défense de grands intérêts nationaux. À tous les niveaux, il apporte une réplique politicienne qui l’amène toujours à commettre des gaffes dont la plus spectaculaire est cette suggestion d’interdiction aux fonctionnaires de faire la politique.

Son grand problème est son manque de pertinence et d’entendement devant certains sujets et particulièrement devant des questions préjudiciables à la crédibilité des députés. Et de toutes les questions qui, aujourd’hui, indisposent ceux-là, celle du non-paiement des impôts est la plus gênante. Non seulement Moustapha Diakhaté n’y apporte pas des explications convaincante, mais il va jusqu’à suggérer une radiation de l’homme politique et par ailleurs haut fonctionnaire qui a osé faire tomber son masque.

Des sources renseignent que l’APR et particulièrement les hauts responsables n’ont pas apprécié cette idée qui dérange par son impertinence. Et certains même suggèrent que la présidence du groupe parlementaire de la majorité lui soit retirée au prochain renouvellement du bureau de l’Assemblée nationale en raison des nombreuses gaffes qu’il commet. C’est que Moustapha Diakhaté est rustre, sans civilité, sans entregent et sans génie politique. Il se différencie totalement des anciens Présidents de groupes parlementaires qui, comme Samba Laobé Fall, Doudou Wade, Serigne Mbaye Thiam, élevaient le débat politique par une teneur cognitive de haute portée.

Devant de nombreuses questions, Moustapha Diakhaté se particularise dans une polémique qui éloigne du débat parlementaire. Et de nombreux députés le lui reprochent. Avec la controverse sur la présidence du Groupe parlementaire des libéraux et des démocrates qui a opposé Modou Diagne Fada et Aida Mbodji, avec la question du non-paiement des impôts par l’Assemblée nationale, comme lors du dernier renouvellement du bureau de Parlement, Moustapha Diakhaté, dans une volonté de défendre le régime et de légitimer des actes politiques controversés y va jusqu’à attiser les flammes. De nombreux députés houspillent ses maladresses surtout que devant certaines questions d’intérêt national, nul ne l’entend prendre une position en phase avec les citoyens.

D’autres le tancent pour son absentéisme. Mais ce qui est certains, c’est qu’il commence à indisposer la majorité par ses gaffes et ses répliques politiciennes. La majorité parlementaire ne se retrouve pas dans ses positions et ses sorties médiatiques qui, naturellement, engagent les députés du Groupe Benno Bokk Yaakar (BBY).
Sa proximité avec Macky Sall et son engagement pionnier sont les raisons de sa légitimité. Mais pour certains députés, les débats futurs qui se poseront à l’Assemblée nationale exigent un niveau cognitif et une certaine maitrise des sujets dans lesquels Moustapha Diakhaté risque de se perdre. Déjà, sa réaction sur le non-paiement des impôts par les députés n’a point été du gout de ses pairs.

Non seulement il a enfoncé le Parlement en renvoyant la faute aux services de l’institution, mais il est allé jusqu’à se perdre en suggérant une radiation de l’Inspecteur des Impôts et Domaines, Ousmane Sonko, dont le seul tort est d’avoir révéler une forfaiture. Pire, en songeant à une interdiction de la politique aux hauts fonctionnaires, il importune de nombreux députés qui sont des fonctionnaires et qui fomentent une décision pour le faire quitter de la Présidence du Groupe parlementaire. Mais pour des questions de textes juridiques, ce ne sera certainement pas facile.

Le Piroguier

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15