Accueil / Confidences / Moustapha Guèye, sur le sacre des Lions au tournoi de la Cedeao- REUG REUG M’A LE PLUS IMPRESSIONNÉ

Moustapha Guèye, sur le sacre des Lions au tournoi de la Cedeao- REUG REUG M’A LE PLUS IMPRESSIONNÉ

Moustapha Guèye soutient que le Sénégal dispose d’un niveau supérieur à ses adversaires. C’est ce qui explique sa prédominance sur le tournoi de lutte de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao). A l’issue de cette 7e édition, l’ancien Tigre de Fass dit avoir été impressionné surtout par Reug Reug.

Qu’est-ce qui explique la suprématie du Sénégal au tournoi de la Cedeao ?

Cela ne m’a pas surpris. C’est une victoire à laquelle je m’attendais. Parce que le Sénégal est d’un cran supérieur à ses adversaires sur le plan tactique et technique. Le niveau du Sénégal est donc de loin supérieur à ceux de ses adversaires. Ces derniers auront du mal à arriver à son niveau.

Et qu’est-ce qu’il faut pour combler ce fossé entre ses adversaires ?

Pour combler le fossé qui les sépare du Sénégal, il faudrait que les lutteurs des autres pays de la Cedeao viennent se frotter à nos lutteurs ou que leurs entraîneurs viennent faire des stages au Sénégal. Ce qui va leur permettre de faire face aux réalités de la lutte simple pratiquée dans notre pays. S’ils ne font pas cela, ces pays ne seront jamais à la hauteur du Sénégal.

La lutte traditionnelle exige que ceux qui la pratiquent participent régulièrement à des compétitions. Et c’est ce que font les lutteurs sénégalais. Ils prennent part durant toute l’année à des tournois de lutte simple. Il n’y a pas longtemps qu’ils ont disputé le drapeau du chef de l’Etat.

L’entraîneur national, Ambroise Sarr, concocte sa sélection en se basant sur ces tournois. C’est ce qui lui a valu aujourd’hui (dimanche dernier) de remporter le tournoi de la Cedeao.

Comparé à celui de 2013, comment jugez-vous le niveau du tournoi de cette édition 2015 ?

Je dirais que le niveau de cette année est plus relevé. Le Nigeria m’a surpris. Je m’attendais à voir cette équipe disputer la finale. Au début de la compétition, le Nigeria (3e devant la Gambie) a plané sur le tournoi. Au lieu de continuer à monter en puissance, ils ont connu une baisse de régime.

Malheureusement, le Sénégal les a éliminés en demi-finale. S’ils n’avaient pas croisé les Lions, les Nigérians allaient atteindre la finale.

Lequel des cinq lutteurs sénégalais vous a impressionné lors du tournoi ?

Je dirais Reug Reug m’a le plus impressionné. Mais aussi Cheikh Niang a marqué mon esprit durant le tournoi. Il suffit de jeter un coup d’œil pour être convaincu que Reug Reug vaincra son adversaire parce qu’il dispose d’un bon timing.

C’est un vrai athlète. Reug Reug a diminué 10 kilos sur les 113 kilos qui constituent son poids initial. C’est ce qui lui a permis de s’aligner dans la catégorie des 100 kilos pour défendre les couleurs du Sénégal.

Et laisser l’opportunité au capitaine de l’équipe, Fodé Sarr, de s’aligner dans la catégorie 120 kilos. Avec son poids diminué, Reug Reug est devenu plus fort. C’est ce qui explique qu’il disposait plus de force que ses adversaires qu’il a terrassés facilement. Tous ses combats n’ont pas duré. C’est un lutteur qui a de l’avenir avec un bon gabarit. Je ne voyais aucun adversaire qui pouvait l’ébranler.

D’autres lutteurs vous ont convaincu ?

Moussa Faye (66Kg) m’a impressionné aussi. Je le suivais depuis 3 ans. Il dictait sa loi à tous les lutteurs de sa catégorie lors du drapeau du tournoi du drapeau du Chef de l’Etat. Les Ongué Ndiaye et Cie ont eu à subir sa suprématie. Il a délogé Cheikh Ndiaye de sa place en Equipe nationale après l’avoir battu au drapeau du chef de l’Etat.

C’est ce qui a valu à Moussa Faye d’être sélectionné lors du tournoi de la Cedeao. Je n’ai jamais assisté à un combat qu’il a perdu. Si Mamadou Faye (76 kg) n’a pas aussi brillé que ses autres coéquipiers, c’est que ses adversaires nigériens disposaient de plus de force que lui. S’il travaille durement, il peut combler ce vide. Il a failli perdre la finale du bronze face à son adversaire nigérien qui était plus costaud.

Comment expliquez-vous que Yékini ne puisse toujours pas disposer d’un adversaire pour signer son retour dans l’arène ?

Je peux avancer sans risque que les autres lutteurs ont peur de Yékini. Je trouve anormal que tous les lutteurs le boycottent. On devrait accepter de lutter avec Yékini qui a fait ses preuves en ne subissant qu’une seule défaite. Les lutteurs devraient être attirés par l’envie de se mesurer à lui. Balla Gaye 2 devrait accorder sa revanche à Yékini.

Bombardier devrait être animé de la même volonté après avoir mordu la poussière à trois reprises face à lui. Gris Bordeaux aussi. Yékini a confié qu’il est prêt à disputer un tournoi. Ceux qui refusent de le croiser n’ont pas d’autres arguments à faire valoir si ce n’est qu’ils ont peur de lui. Ils craignent de perdre face à lui.

Pourquoi donc Gris Bordeaux refuse de lutter contre Yékini ?

Gris Bordeaux n’a jamais dit qu’il ne lutte pas contre Yékini. Il fait partie des potentiels adversaires de Yékini.

Le Quotidien

Share This:

À voir aussi

Joseph Antoine Bell: “Le football sénégalais est plombé par le maraboutage, au Sénégal, on ne pense qu’à cela”

Joseph Antoine Bell se prononce sur l’actualité du football africain et sénégalais. Avec son habituel …