Accueil / POLITIQUE / MOUSTAPHA NIASSE A LOUGA « C’est avec les jeunes que nous ferons partir Abdoulaye Wade »

MOUSTAPHA NIASSE A LOUGA « C’est avec les jeunes que nous ferons partir Abdoulaye Wade »

Les leaders de Benno Siggil Sénégal se sont déplacés dans la capitale du Ndiambour où ils ont tenu, à la place Yacine Boubou, un meeting aux fins d’exprimer leur opposition à la participation du Président Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle du 26 février 2012.

Ouverte, à la place Yacine Boubou, sous les airs de l’hymne national, chanté par les militants et les leaders, la rencontre s’est s’engagée, selon les initiateurs, à parfaire l’avenir du Sénégal. C’est ainsi, que les responsables locaux qui se sont succédé, au podium, ont exprimé leur opposition à la participation du Président Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle du 26 février 2012. M. Niasse saluera, dans son intervention, la bonne mobilisation des troupes et de l’ensemble des leaders de l’opposition, réunis dans le Benno Siggil Sénégal, qui augure, dit-il, d’une victoire des forces vives de la nation sur Abdoulaye Wade, « coupable » d’un coup d’Etat constitutionnel. « Ce qui se passe à Louga, aujourd’hui, et ce qui s’est passé, hier, à la place de l’Obélisque, permettent de dire que l’espoir ne sera pas vain », a-t-il déclaré. Répondant à ceux qui interrompaient son discours, scandant : »na demna déma dem », il leur dira : « Abdoulaye Wade partira, si et seulement si, les leaders de BSS maintiennent cette mobilisation ». Par la suite, s’adressant à la jeunesse, il lui rappellera qu’elle est l’espoir de demain, le cerveau du futur Sénégal et que c’est avec elle, que Benno Siggil Sénégal fera partir Wade, pour construire un Sénégal où sera bannie la gestion clanique et gabégique, où seront assurées la santé, l’éducation et la formation des jeunes, pour qu’il n’y ait plus des expéditions suicidaires comme  »barça ou barsakh ». Moustapha Niasse est d’avis que le combat durera jusqu’à l’abdication de Wade. Accusant Wade de vouloir faire du « dialgati » (violation, Ndrl), avec le pays, il se dit dépositaire de ‘’non » des citoyens.

SIDY THIAM


À voir aussi

Le 27 juin 2011, le jour où Karim devait être tué

La charge est lourde et grave. Elle porte les empreintes de Samuel Sarr via son …

Affaires Karim, Khalifa et Imam Ndao: Amnesty International épingle le Sénégal

Dans son rapport sur l’examen périodique universel des Nations-unies, Amnesty international  met en doute l’indépendance …