Accueil / Education / Mouvements d’humeur des syndicats d’enseignants l’école reprend ses grèves

Mouvements d’humeur des syndicats d’enseignants l’école reprend ses grèves

Sud quotidien Les syndicats d’enseignants, tous ordres confondus, ont décidé de reprendre le cheval de bataille pour amener le gouvernement au respect des accords signés. Après le Grand cadre, le Cusems et le Sels, c’est autour du Saems de décliner son nouveau plan d’action en décidant d’observer un débrayage et une grève totale, les 16 et 17 janvier 2017.

«Notre préavis de grève a expiré sans que le gouvernement nous envoie un accusé de réception. Le bureau condamne le mutisme du gouvernement et son manque de réaction durant la période du préavis. Nous allons observer un débrayage le mardi 16 janvier à partir de 9 heures, suivi d’assemblée générale dans tous les établissements et une grève totale ce mercredi 17 janvier ».

En parlant ainsi, le secrétaire général du syndicat autonome des enseignants du moyen secondaire (Saems) rejoint le lot de syndicats d’enseignants qui ont déjà lancé leur plan d’actions. En effet, le grand cadre des syndicats d’enseignants (Gcse) de Oumar Waly Zoumarou, le Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen secondaire (Cusems) d’Abdoulaye Ndoye avaient déjà annoncé les couleurs d’un horizon nuageux pour la présente année académique. Hier, c’était au tour du Saemss de Saourou Sène de déplorer les manquements des autorités depuis le début de l’année scolaire. Ce qui augure, selon lui, de façon irréversible des lendemains sombres du système éducatif. «L’Etat peine à payer les indemnités du Bac et du Bfem, en plus de la ponction des salaires des enseignants. S’y ajoute le manque d’enseignants dans les écoles, si bien que l’Etat procède au redéploiement tous azimuts ou la fusion de classe», souligne Saourou Sène face à la presse au siège dudit syndicat. Pour lui, «le Saems déterminé à faire respecter les accords signés, conformément aux lois et règlements du pays. Un plan d’action pour protester les violations des droits des travailleurs et apporter des réponses structurelles aux problèmes de l’école».

Revenant sur la question récurrente du régime indemnitaire, le Saems dénonçant le déséquilibre et  la désarticulation des indemnités de logement, fustige le fait que les conclusions de l’étude commanditée par l’Etat soient toujours dans les tiroirs.

«Nous exprimons encore notre volonté de mener le combat avec les syndicats de l’enseignement qui partagent notre vision et notre engagement à faire aboutir nos revendications. Si nous tapons ensemble, l’Etat sera obligé de nous écouter».

Le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames) et le Cadre unitaire des enseignants du moyen-secondaire (Cusems) ont décidé de participer à la marche nationale du 23 janvier 2018. Pendant que le Gcse déroule son plan d’actions avec un débrayage aujourd’hui mardi à partir de 10  heures, suivi d’une assemblée générale dans tous les établissements du Sénégal. Ils ont aussi prévu une grève totale, du Préscolaire au Secondaire, le mercredi 17 janvier 2018.

À voir aussi

Dette de l’état au privé de l’enseignement supérieur : Des chefs d’établissement demandent des solutions immédiates

Le Soleil- Se prononçant sur les difficultés des Etablissements privés d’enseignement supérieur (Epes), l’administrateur de …

Retraite des enseignants du supérieur : Un comité technique mis en place

Le Soleil- Un comité technique a été mis en place, hier, à l’issue de la …