ACTUALITE

Muhammadu Buhari : « Le Nigeria doit diriger la force régionale contre Boko Haram »

  • Date: 11 juin 2015

Lors du sommet d’Abuja regroupant les chefs d’État de la région, jeudi 11 juin,  le président nigérian Buhari s’est opposé à l’idée d’un commandement tournant de la force régionale contre Boko Haram, qui se ferait tous les six mois entre les cinq pays contributeurs de troupes.Ces derniers mois, c’est le Tchad qui a été à l’initiative des principales opérations militaires contre Boko Haram dans la région du lac Tchad. La Force d’intervention conjointe multinationale (MNJTF) est dotée de 8 700 militaires, policiers et civils, fournis par le Nigeria, le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Bénin. Son quartier général sera installé à N’damena et il était déjà entendu qu’elle serait commandée à son lancement par un général nigérian, Tukur Buratai. « La durée de six mois qui a été proposée ne cadre pas avec l’objectif d’efficacité, cela risque de diminuer les capacités des armées à vaincre les insurgés », a estimé Muhammadu Buhari. « Un commandement unique améliorera l’efficacité de la stratégie militaire, dans la mesure où le Nigeria va fournir le gros des troupes et où le principal théâtre des opérations se situe sur le sol nigérian », a-t-il ajouté.

Plaintes du Niger et du Tchad

La MNJTF doit prendre le relais des opérations actuellement en cours, sous une forme plus organisée et avec le soutien de l’Union africaine, de l’actuelle coalition militaire formée par le Nigeria, le Tchad, le Niger et le Cameroun, qui a lancé avec succès une vaste offensive contre le groupe terroriste depuis février. Le Tchad et le Niger se sont cependant plaints d’un manque de coordination avec l’armée nigériane, et d’avoir été empêchés de conduire des opérations en profondeur contre Boko Haram sur le territoire nigérian.

Source Jeune Afrique

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15