Accueil / RELIGION / Multitude de Korités : le Sénégal va t-il vers la fragilisation de ses Tarikhas ?

Multitude de Korités : le Sénégal va t-il vers la fragilisation de ses Tarikhas ?

 Pays constitué en très grande majorité de populations de confession musulmane, le Sénégal est considéré comme un Etat model en l’Afrique. Cette singularité louée et chantée partout dans le monde est en grande parti due, non pas à la démocratie encore moins à la laïcité, mais particulièrement à la force des ses Tarikhas, groupes religieux qui, depuis plus d’un siècle soutiennent la stabilité sociale du pays.

La Tidianiya, la Mouridisme, la Khadriya, le Layénisme sont les principales TariKhas qui regroupent 95% des Sénégalais. Bénéficiant d’un super pouvoir parce que ayant sous leur tutelle le représentant de l’exécutif ce depuis Léopold Sédar Senghor, elles ont de tout temps constitué un socle pour l’équilibre social de la nation. Cependant force est de constater que depuis quelque temps le pouvoir des Tarikhas est en régression inquiétante en atteste la multitude des Korités enregistrée au Sénégal. Ce signal mérite d’être analysé profondément à fin de diagnostiquer les causes et essayer de faire un retour en arrière pour les solutionner. La célébration de l’Eid el Fitr de cette année peut être prise comme baromètre pour jauger le degré partisan des différents sénégalais à leur Tarikha, les résultats sont pour beaucoup alarmants car des milliers de Tidianes ont de leur propres grés sans l’avale de leur Khalif général coupé leur jeun. S. D un fervent Talibé Cheikh « j’ai pris sur moi-même la décision de rompre le jeun le vendredi contrairement à Tivaouane car quelqu’un m’a dit avoir aperçu le croissant lunaire le jeudi ».Ces propos sont pareils chez des milliers de Mourides et de Khadres. En effet bien qu’existant depuis longtemps, la division d’opinion des dates de célébrations de fêtes religieuses était exclusivement du ressort des principaux Khalifs généraux des grandes tarikhas, maintenant on note de plus en plus une distance pour ne pas dire autonomie de la part des partisans à leur Tarikha. Cette soudaine prise de responsabilité que d’aucun assimileront à une prise de risque ne va-t-elle pas si on laisse faire entrainer la fragilisation du principal pilier de la stabilité social du pays ?

Alé LO  

À voir aussi

Serigne Abdoul Aziz Sy rappelé à Dieu

La communauté musulmane du Sénégal en deuil. Serigne Abdou Aziz Sy Al Amine Khalife général …

Hivernage Des oiseaux granivores ravagent les champs à Linguère

Plusieurs localités du Djoloff sont dans l’inquiétude. En effet, des oiseaux granivores sèment, depuis trois …