Accueil / FAITS DIVERS / Ndawa, accusée d’avoir tué son bébé, acquittée

Ndawa, accusée d’avoir tué son bébé, acquittée

Déflorée par son cousin, dit-elle, et offerte en mariage, la pauvre Ndawa Ndiaye a été expulsée du domicile conjugal lorsqu’elle accoucha cinq mois seulement après cette union. Le bébé rendit l’âme, on ne sait dans quelles circonstances, et voilà la fille devant la barre des assises pour infanticide, à côté de son beau-père prévenu d’inhumation sans autorisation administrative.

Source le Soleil

L’affaire remonte en novembre 2004. Suite à une information du sous-préfet de Mérina Dakhar signalant aux gendarmes qu’une femme demeurant à Mbodiène Ndiaye avait enterré son nouveau-né. Le pot aux roses fut découvert un mois après les faits. Aussitôt les gendarmes interpellèrent Modou Awa Ndiaye qui a reconnu que ce bébé a été mis au monde par sa fille adoptive Ndawa Ndiaye. Une brave petite fille d’environ 16 ans au moment de son arrestation, qui est un soutien précieux pour sa maman et ses petits frères et sœurs. Ndawa se bat chaque jour contre les difficultés de la vie afin d’offrir le minimum vital à sa famille. Ainsi, un an avant son drame, elle rejoignit Dakar pour un travail dans un restaurant. Chaque fin de mois, elle envoyait de l’argent à sa maman. Ne connaissant presque personne dans la capitale à part son employeur, elle croisa Bara Diop, un de ses cousins, à qui elle vouait un respect notoire. Mais, ce dernier profita de la naïveté de Ndawa Ndiaye pour en faire sa proie facile sur le plan sexuel.

« C’est lui qui m’a défloré », explique-t-elle avec peine à la Cour. Sommée de regagner son village de Mbodiène Ndiaye par ses parents, elle s’exécuta et fut donnée en mariage au sieur Seyni Diop. Elle rejoignit le domicile conjugal à Wakhal Diam, un autre village distant de 36 kilomètres et situé dans le Baba-garage, en plein Baol. Mais, cinq mois après avoir consommé son mariage, Ndawa Ndiaye… accoucha. Sidérée et résolue de laver un tel affront, sa belle-mère prit aussitôt après sa naissance le bébé et sa mère pour les mettre sur une charrette avec comme destination Mbodiène Ndiaye. Selon Falo Mbaye, la coépouse de la maman de Ndèye Ndawa, la belle-mère avait immédiatement rebroussé chemin, laissant derrière elle la fille et son bébé mal en point. LA jeune mère n’avait même pas pu faire sa toilette après l’accouchement.

« Nous étions en octobre, entre 9 heures et 11 heures, avec des températures oscillant entre 35 et 40° », précise Me Ayi, l’avocat de la défense. Honteuse et confuse, Meïssa Faye, mère de Ndawa, a vivement déploré la mésaventure de sa fille qui s’est toujours dévouée pour faire plaisir à sa famille. La nuit tomba et à une heure avancée, Meïssa Faye se leva pour s’enquérir de l’état de santé du bébé et constata que celui-ci ne respirait plus. Ses pleurs réveillèrent Ndawa qui, fatiguée par l’accouchement et le voyage, dormait à poings fermés. Averti, Modou Awa Ndiaye, le responsable de la famille, attendit le lendemain pour inhumer le bébé, juste derrière sa concession. Ce qui lui valut d’être poursuivi pour inhumation sans autorisation.

Dans son réquisitoire, l’avocat général, Mbacké Fall, après avoir fustigé le culte de l’amour propre des deux familles au sein desquelles cette enfant a été considérée comme un intrus, a constaté l’absence de preuves matérielles pour établir le crime d’infanticide reproché à Ndawa Ndiaye. Par conséquent, il a demandé son acquittement. Pour le délit d’inhumation sans autorisation administrative retenu contre Modou Awa Ndiaye, il souligne la constance des faits et a requis une amende de 50.000 francs. Le terrain est ainsi balisé pour la défense qui a demandé une application bienveillante de la loi pour ses clients. Après délibération, Ndawa Ndiaye a été acquittée et son père adoptif condamné à un mois ferme assorti d’une amende de 5000 francs. Ayant purgé six mois lors de son mandat de dépôt, Modou Awa Ndiaye est rentré chez lui.


À voir aussi

Massacre de 44 Ghanéens par Jammeh : Un survivant raconte l’horreur

Martin Kyere, est le seul rescapé du massacre sanglant de ses 44 compatriotes par les …

Cité Claudel: Il tabasse la prostituée qui n’a pas satisfait sa libido

Une histoire de plaisir a failli virer au drame à la cité Claudel. En effet, …