SOCIETE

Ndèye Ndoumbé Diongue, sœur de l’épouse de Taibou Ndiaye

  • Date: 16 juin 2015

«La villa des Maristes est au nom de l’épouse de Tahibou Ndiaye, mais elle nous appartient»

Le procès de Tahibou Ndiaye et Cie a repris, hier, avec la poursuite de l’audition des témoins. C’est Ndèye Ndoumbé Ndiongue, belle-sœur de l’ancien directeur du Cadastre qui a été la première à se présenter à la barre pour se prononcer sur le terrain des maristes inscrit au nom de sa sœur.

Le 9e jour de procès de Tahibou Ndiaye a eu lieu, hier, avec l’audition des témoins. C’est la belle-sœur de l’ancien directeur du Cadastre, Ndèye Ndoumbé Ndiongue qui a été entendue à la barre de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), au sujet de la maison localisée aux Maristes et qui serait au nom de sa sœur, Ndèye Aby Ndiongue, épouse de Tahibou Ndiaye. Le témoin a d’emblée soutenu que même si cette villa est au nom de sa sœur, elle ne lui appartient pas. Pour étayer ses propos, la dame explique : «nous voudrions sortir notre maman de sa situation de locataire. C’est pourquoi, nous avons sollicité Tahibou Ndiaye qui nous a aidées à acquérir un terrain sis aux Maristes où la maison familiale a été construite.» Ces déclarations ont été confirmées par celles de l’ancien directeur du Cadastre, selon qui, il y’avait un lotissement aux maristes et c’est ainsi qu’il a demandé à son épouse de faire une demande pour le bail. A l’en croire, lorsque le bail est sorti, son épouse lui a remis la somme d’un million de nos francs. Quand il est retourné au bureau, Tahibou Ndiaye a donné l’argent à un de ses agents qui a fait les formalités financières.

«La maison n’appartient pas à Ndèye Aby Ndiongue»

Le Président de la Cour a attiré l’attention du témoin sur le fait que le bail est au nom de l’épouse de Tahibou Ndiaye. Ndèye Ndoumbé Ndiongue de rétorquer : «s’agissant du bail, on a sollicité Tahibou Ndiaye, mais il nous a répondu qu’il ne nous promettait rien. Malgré cela, on a réussi à avoir un bail qu’on a décidé de mettre au nom de Ndèye Aby Ndiaye. Ce, après une concertation entre les différents membres de la famille.» Poursuivant, la dame déclare : «pour l’obtention du bail, je ne sais pas qui a payé la somme d’argent. Je ne m’occupe de rien.» Au sujet du véritable bailleur pour la construction de ladite villa, elle dira : «chaque membre de la famille a amené sa cotisation. C’est sur ces entrefaites que Tahibou Ndiaye nous a mis en relation avec Abou Diop, entrepreneur, qui a été le maître d’œuvre. Il faut dire qu’on n’a pas évalué le coût global de la maison. Parce que notre objectif était de sortir notre mère de sa situation de locataire. Si on savait que les choses allaient se passer ainsi, on aurait mentionné quelque part la participation de chacun.»

Tahibou Ndiaye «Je n’ai apporté aucune contribution à part…»

Invité à se prononcer sur les déclarations du témoin, le prévenu Tahibou Ndiaye a soutenu avoir effectivement aidé la famille Ndiongue à obtenir le bail. «Ce bail a été traduit en titre foncier. Pour mon épouse, je suis son responsable moral donc, je l’aiderai jusqu’à la fin de mes jours», a-t-il dit, précisant également n’avoir apporté aucune contribution lors de la construction de la villa, à part le fait de les avoir mises en relation avec l’entrepreneur Abou Diop. De son côté, Ndèye Aby Ndiongue est revenue sur le titre foncier. «C’est mon frère Cheikh qui m’a demandé si on pouvait transformer le bail en titre foncier. Ainsi, m’a-t-il donné un million pour la mutation. C’est cet argent que j’ai remis à Tahibou Ndiaye», a-t-elle indiqué. A sa suite, Ramatoulaye Massira, patron de Safir immobilier et Amadou Kane, expert immobilier, ont été également auditionnés par la Cour. Le second nommé est désigné par la commission d’instruction de la Crei pour rechercher les biens de l’ancien directeur du Cadastre. A l’en croire, Tahibou Ndiaye a un verger de 25 000 m2 à Diamniadio donné en bail par l’Etat du Sénégal en 2007, 30 600 m2 dans les Niayes donnés en bail, 500 m2 à l’école de la gendarmerie, un terrain de 275m2 à Sotrac Mermoz 2 terrains. Rattrapé par le temps, l’expert devra se représenter aujourd’hui à la barre pour expliquer son rapport.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15