ECONOMIE

NDIAGA THIAM, DIRECTEUR DU MARCHÉ AUX POISSONS « Nous allons installer des caméras de surveillance »

  • Date: 26 janvier 2016

À la tête du seul poumon économique de Pikine, depuis quelques mois, le nouveau directeur du marché aux poissons s’active, pour apporter un nouveau souffle. Aujourd’hui, devant la fermeture des usines, comme Sade, Seven Up, Sotiba, Icotaf, les jeunes de la banlieue se tournent vers cette structure qui ne ferme pas ses portes. Ses milliers de demandeurs d’emplois, sont à la quête d’un meilleur quotidien. Et Ndiaga Thiam ne compte pas les laisser seuls. Il les accompagne avec le peu de moyens qu’il a. « Des jeunes viennent trouver du travail et si j’ai un surplus je les aide », soutient-il. En effet, cet inspecteur des impôts et domaines a hérité d’une situation difficile. « À mon arrivée, j’ai fait un audit physique et financier du marché, où les employés étaient restés neuf mois sans salaire. En plus, la structure qui accueille, plus de 8000 personnes par jour demande un meilleur assainissement, un appui de l’Etat en matière d’infrastructures routières, de réhabilitation de la voierie et si possible, une extension du lieu », soutient-il. Par ailleurs, les fabriques de glace qui permettent une meilleure conservation des produits halieutiques étaient en panne. « Grâce à la coopération Nipponne, nous sommes en phase de test, pour la première usine de glace, et que l’autre est en stand by », ajoute-t-il.

Dans son dessein, Ndiaga Thiam s’appuie sur le Président du Collectif des mareyeurs, pour une meilleure synergie et un meilleur climat social. « Les salaires sont maintenant payés à temps. Pour que le marché aux poissons se renforce en matière de conservation et de distributions », dit-il. Comme perspectives, le nouveau directeur souhaite, une « immobilisation des véhicules de ramassage des ordures, des hydrocureurs pour une salubrité durable ».

Mais face à ce nouveau contexte et les menaces qui pèsent, Ndiaga Thiam compte « sécuriser le périmètre du marché, de concert avec les acteurs. 8000 personnes s’activent, dès 4 heures du matin, et nous sommes entrain de voir, comment mettre en place des vidéosurveillance et trouver du renfort ». Une correspondance a été adressée à l’autorité.

Ndèye DIAW

 

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15