Accueil / Education / Ndongo Sarr, Sg adjoint du Cusems sur la crise scolaire «Un an après les assises de l’éducation et de la formation, les recommandations dorment encore dans des tiroirs»

Ndongo Sarr, Sg adjoint du Cusems sur la crise scolaire «Un an après les assises de l’éducation et de la formation, les recommandations dorment encore dans des tiroirs»

 Le secrétaire général adjoint du Cusems, Ndongo Sarr, a indiqué que les recommandations pour résoudre la crise scolaire dorment encore dans les tiroirs, un an après les assises de l’éducation et de la formation. Il s’exprimait à l’occasion de la 2e édition du Ndogou de l’étudiant.

La fédération des élèves et étudiants du département de Dakar (Feeddak) organise, en ce mois de Ramadan, la 2e édition du Ndogou de l’étudiant. Selon son Président Geoffroy Dacosta, le concept est pour permettre aux étudiants d’être dans un cadre universitaire, propice aux échanges et aux réflexions intellectuelles, d’organiser des tables rondes sur des thèmes d’actualité qui sont en relation avec le monde universitaire et estudiantin. Pour cette 2e édition qui se déroule tous les lundis du mois de Ramadan, la première activité a pour thème : «la crise scolaire au Sénégal. Entre mouvement syndical légitime ou instrument politique, quelle est la place de l’éducation dans tout ça ?». Pour débattre autour dudit thème, la Feeddak a invité des acteurs du mouvement syndical et du gouvernement à les éclairer, afin qu’ils puissent se faire une idée objective de la réalité qui sous entend cette crise scolaire. «Cela nous permettra de porter ensuite cette casquette de modérateur, comme le font les acteurs sociaux pour la résolution de la crise», a encore dit M. Dacosta. Un des panélistes, Ndongo Sarr, secrétaire général adjoint du Cusems, a salué cette initiative des élèves et étudiants. «L’école publique doit être l’école de la communauté. Alors que des étudiants qui sont parties prenantes de cette communauté là s’intéressent à ce qui se passe, je crois que c’est salutaire», a-t-il indiqué.

A en croire M. Sarr, il est bon que les étudiants s’imprègnent des questions du monde scolaire afin qu’ils puissent participer à la recherche de solutions. «On a fini de réfléchir sur cette école là lors des dernières assisses de l’éducation et de la formation. Il s’agissait des réflexions inclusives qui ont permis de procéder à un diagnostic objectif et de faire des recommandations. Le drame, c’est qu’un an après les assises, les recommandations dorment encore dans des tiroirs», s’est désolé Ndongo Sarr. Toujours dans le cadre de la résolution de la crise scolaire, Kader Ndiaye de la Cosydep a prôné la concertation avec tous les acteurs. «Si nous voulons faire avancer la cause, il nous faut porter une attention à ce que j’appelle le trio magique. Il s’agit des élèves et étudiants, les enseignants et les parents d’élèves. C’est pourquoi nous pensons que de cet échange, nous pouvons voir faire émerger des pistes de solutions», a dit M Ndiaye. Selon lui, il appartient à tous les acteurs de ce pays, l’Etat au premier plan, de travailler à la mise en œuvre des recommandations sur lesquelles tout le monde est d’accord.

Cheikh Moussa SARR

Share This:

À voir aussi

Bac technique 2017 à Tamba : 10 admis d’office enregistrés au premier tour

Le Soleil- Les résultats du baccalauréat technique de la session 2017 de la série G …