une a mak et wade-1

NÉGOCIATIONS WADE-MACKY Ce détail qui retarde la libération de Karim

 Ni liberté conditionnelle encore moins de grâce. « Une amnistie ou rien ». C’est la condition de Karim. Voilà, l’os auquel se heurtent Wade et Macky Sall.

Il a déjà fait ses valises. Malgré lui. Il est plus que déterminé à laisser au successeur de son père « toute la responsabilité qui découle de son emprisonnement ». Pour le convaincre, outre d’autres raccourcis empruntés, son père lui aurait fait savoir que s’il veut faire de la politique, il faut qu’il s’évite « le fixisme ». Forcé par son père, Karim Wade n’a cessé de répéter qu’il n’attend rien et ne veut rien du Président Macky Sall. Il a fallu aussi, l’intervention d’influents religieux de la capitale du Mouridisme, pour amener Karim Wade à accepter la main tendue du chef de l’État. Pour rappel, le fils de Wade a fait savoir à son père qu’il comptait « rester en prison et purger la totalité de sa peine pour garder intacte ses chances de devoir un jour réaliser son destin présidentiel. » Une détermination, aujourd’hui, diluée, par la realpolitik. Présentement, tout semble être ficelé. Seulement, les plénipotentiaires de l’Apr et du Pds ne s’entendent pas encore sur les conditions d’élargissement de Karim et les garanties qu’ils attendent du fils de  Wade sur son comportement politique envers Macky Sall.
Du côté du palais, une amnistie ne saurait être possible que si Karim accepte de ne pas se présenter à la prochaine présidentielle. Une position qui agace le leader de la Génération du concret et qui pourrait faire tout capoter. Nos sources affirment que sur ce point, « Wade était presque d’accord avant que Karim ne mette en garde son père. »  D’ailleurs, des sources affirment que Macky Sall mettra à profit son déplacement à Paris pour rencontrer Me Wade et s’assurer de garanties fermes et des perspectives d’alliances. Un point sur lequel, le Président Macky Sall est prêt à faire des « boulevards de concession. » À savoir, la restitution à Karim de tous ses biens confisqués par la Crei. Un point sur lequel s’accordent les deux parties. Mais Karim Wade se heurte au refus de Macky Sall de répondre favorablement à une condition, à savoir : une liberté totale d’exercer tous ses droits. Tout un blocage !

Pape Amadou Gaye

Voir aussi

dionne-valls

FINANCEMENT DU PLAN SENEGAL EMERGENT 317 MILLIARDS DE F CFA D’APPORT DE LA FRANCE DEPUIS 2014

Le Premier ministre français Manuel Valls, en visite à Dakar depuis  jeudi,  et son homologue …