Accueil / ACTUALITES / Négociations Wade-Tanor au sommet

Négociations Wade-Tanor au sommet

Alors que le front Siggil Sénégal mène une campagne active pour un boycott actif massif des élections législatives, des négociations secrètes se tiennent au sommet de l’Etat, entre plénipotentiaires du Pds et du Ps. Des discussions qui pourraient aboutir à la formation d’un gouvernement de majorité élargie, juste au lendemain du vote du 03 juin prochain.
Le gouvernement qui sera formé après le scrutin du 03 juin prochain, pourrait être élargi à certains partis boycotteurs de ces élections législatives.

Source : L’Office
Le Parti socialiste, l’une des formations les plus virulentes, lorsqu’il s’agit de critiquer le régime libéral, pourrait faire partie de l’équipe. En effet, des négociations intenses se mènent actuellement entre le Pds et le Ps. Elles devraient aboutir à l’entrée de quelques responsables de la formation socialiste dans le prochain gouvernement. Les noms les plus cités sont ceux de Aminata Mbengue Ndiaye, Khalifa Sall, entre autres. Quant à Ousmane Tanor Dieng, son rôle consistera à garder la maison, tout en soutenant le régime en place Pour rappel, Pape Samba Mboup, ministre chef de cabinet du président de la République , avait déclaré dans le quotidien l’Observateur, la semaine dernière, que des chefs de partis tapaient à la porte du président de la république… Une déclaration intervenue, juste après que le président de la République a reçu le promoteur de lutte Gaston Mbengue, militant socialiste, frère de Aminata Mbengue Ndiaye, et proche de Ousmane Tanor Dieng. Ces négociations au plus haut sommet de l’Etat seraient la résultante d’une volonté du président de la république de gouverner en toute tranquillité, et en toute quiétude, malgré le boycott des partis les plus significatifs de l’opposition ; et même du landerneau politique, avec le Pds. Car, certains parmi ses formations se verront confier des responsabilités dans le gouvernement qui sera formé. Donnant par conséquent une légitimité certaine à l’équipe de Wade. Quant aux formations entristes, leur participation dans le prochain gouvernement sera comme une bouffée d’oxygène ; ou tout au moins une perfusion qui leur permettra de souffler durant les 5 années du second mandat de Wade. Car, tous les partis boycotteurs redoutent leur mise à l’écart du champ politique, à cause de leur non-représentation dans toutes les institutions de décision. Ainsi, même étant absents à l’Assemblée nationale, leur présence dans le gouvernement légitimera leur existence, en attendant les prochaines élections. Un calcul qui arrange aussi bien Me Wade (surtout dans sa politique étrangère) que les partis entristes, dans leur souci de ne pas être hors jeu pendant les cinq années à venir.

À voir aussi

Fin du procès Khalifa Sall: les parties saluent une procédure équilibrée

Rfi.frAprès cinq semaines d’audiences, le procès de Khalifa Sall s’est terminé ce vendredi 23 février …

Au dernier jour de procès, «Khalifa Sall doit être condamné», pour le parquet

Ce vendredi 23 février est normalement le dernier jour du procès de Khalifa Sall. Le …