Accueil / SOCIETE / Ngaaka Blindé et son co-prévenu jugés le 13 décembre

Ngaaka Blindé et son co-prévenu jugés le 13 décembre

L’affaire du rappeur Ngaaka Blindé a été enrôlée pour être jugée le 13 décembre prochain devant la chambre correctionnelle. Il faut rappeler que c’est le maître des poursuites qui avait sollicité de la chambre criminelle de se déclarer incompétente à juger le dossier suite à l’adoption de la nouvelle loi relative à la répression du faux monnayage et des autres atteintes aux signes monétaires.

 Le rappeur Ngaaka Blindé et son co prévenu seront jugés le 13 décembre prochain devant la chambre criminelle. En prison depuis 8 mois, Ngaaka Blindé et l’étudiant Khadim Thiam avaient comparu, le 4 septembre dernier, devant la chambre criminelle de Dakar pour répondre des délits de complicité de contrefaçon de billets de banque, altération de signes monétaires ayant cour légal sur le territoire national. Cependant, le maître des poursuites avait soulevé une observation dans laquelle il indiquait que le Sénégal a adopté une nouvelle loi relative à la répression du faux monnayage et des autres atteintes aux signes monétaires. Il s’agit de l’article 24 de la loi 2018 02 du 13 février 2018 qui, selon le maître des poursuites, stipule que les faits pour lesquels les accusés sont poursuivis doivent être jugés devant une chambre correctionnelle. Le président de la chambre criminelle a suivi le parquetier dans son réquisitoire avant de renvoyer les mis en cause devant la chambre correctionnelle pour y être jugés. Ladite décision a été saluée par les avocats du rappeur qui espèrent obtenir une décision satisfaisante devant le tribunal correctionnel.

Me Barro, un des leurs, a déclaré que « la chambre correctionnelle du tribunal de grande instance est chargée de juger des délits. Donc, elle ne juge pas des crimes. De ce point de vue, c’est une décision satisfaisante car on espère qu’une décision clémente sera rendue et qui va couvrir la peine déjà purgée par les accusés ». A en croire la robe noire, la qualification des faits reste la même, mais le juge va se fonder maintenant sur autant d’éléments, à savoir des circonstances atténuantes. Selon l’avocat, des circonstances atténuantes il y en a. Il y a par exemple le statut de délinquant primaire du sieur Baba Ndiaye. A partir de ce moment, dit-il, ils ont bon espoir qu’une décision clémente sera rendue. A sa suite, Me Moustapha Dieng, un autre avocat de la défense, a pris la parole et c’est pour dire qu’il n’est pas surpris par ladite décision. « On s’y attendait parce que c’est ce que dit la loi. La chambre criminelle est rigoureusement incompétente à statuer sur cette affaire. Nous espérons vivement que l’affaire sera enrôlée le plus rapidement possible par le parquet. Parce que c’est une attente forte de la communauté des artistes et c’est une attente de la jeunesse active sénégalaise », a dit l’avocat. Pour mémoire, le rappeur et son présumé complice ont été cueillis dans leur véhicule avec 5 millions FCFA en faux billets. D’après la version du rappeur, la somme d’argent en faux billets de banque était destinée à un tournage de clip.

Cheikh Moussa SARR

 

 

À voir aussi

Le Sytjust dénonce le mutisme de IMF

En sit-in, hier, devant le palais de justice de Dakar, les travailleurs de la justice n’ont …

L’APS renoue avec la grève

L’Agence de Presse sénégalaise (Aps) va renouer avec la grève. Selon le secrétaire général de …