ACTUALITE

Nigéria : un homme brûlé vif par la foule pour avoir volé de la soupe

  • Date : 24 août 2015

Un homme a été poignardé à plusieurs reprises et brûlé vif par la foule pour avoir volé un pot de soupe dans le sud du Nigeria, ont rapporté lundi les médias locaux.

Le cadavre carbonisé de la victime a été laissé devant une école après sa mort dimanche, dans la ville portuaire de Calabar (sud-est), précise le quotidien national nigérian ThisDay.

Selon le journal, la victime faisait partie d’un groupe de trois hommes ayant suivi, à l’aube, l’odeur de la soupe réchauffée jusqu’à la cuisine d’une résidence privée.

Ils se sont emparés du pot de soupe et ont tenté de prendre la fuite, mais ont été poursuivis par les voisins, alertés par les cris d’une des femmes qui se trouvait aux fourneaux.

La foule a rattrapé l’homme qui portait la soupe et l’a attaqué à la machette avant de le brûler.

« Ce n’est pas la première fois qu’ils viennent voler dans notre résidence. La semaine dernière, ils ont enlevé la batterie de la voiture d’un voisin », a déclaré un habitant de la zone aux médias locaux.

La police a condamné le meurtre, selon ThisDay, qui cite un policier déclarant que « tout suspect est présumé innocent jusqu’à preuve contraire ».

Les activités d’autodéfense sont un sujet controversé au Nigeria, qui a créé des milices anti-crime dans le Sud au début des années 2000 pour soutenir la police nigériane, débordée.

Des gangs de civils servent depuis comme hommes de main politiques, entraînant des avertissements de groupes de défense des droits de l’Homme, mettant en garde contre les dangers de la vindicte populaire.

En 2001, une milice d’autodéfense soutenue par l’Etat, les Bakassi Boys, a exécuté 36 voleurs présumés dans l’Etat d’Anambra (sud).

Plus récemment, des groupes d’autodéfense ont émergé, avec le soutien de l’armée, dans le Nord-Est, fief de l’insurrection islamiste de Boko Haram.

Afp

People
Les Plus Populaires
Les plus commentés
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15