POLITIQUE

NIOKHOBAYE DIOUF PREND LE CONTREPIED DU GRAND SERIGNE DE DAKAR « On ne peut pas imposer à quelqu’un d’aller voter parce que nous sommes en démocratie »

  • Date: 30 mars 2016

Le faible de taux de participation, au dernier référendum, continue d’alimenter les débats. D’aucuns pensent même que le vote devrait être obligatoire au Sénégal. Interrogé sur cette question, Niokhobaye Diouf, responsable Apr de Mbao estime que nous sommes en démocratie et qu’on ne peut imposer à une personne d’aller voter.

Les analystes politiques continuent de débattre du faible taux de participation au dernier référendum. D’aucuns estiment que le vote devrait être obligatoire pour éviter le faible taux de participation. D’autres pensent, par contre, qu’il faut davantage sensibiliser les Sénégalais sur l’importance d’aller voter. C’est le cas du responsable de l’Apr à Mbao, Niokhobaye Diouf, selon qui, en démocratie, on ne peut imposer à personne d’aller voter. « On est en démocratie et le mieux, c’est de sensibiliser les citoyens à leur devoir. Le premier acte, c’est de les amener volontairement et librement à s’exprimer. Le fait de ne pas voter est un comportement qui est le fruit de la démocratie. Le fait d’aller voter et de faire abstention également est un résultat de la démocratie », a dit Niokhobaye Diouf.

Abordant toujours la forte abstention, au dernier vote, le responsable de l’Apr à Mbao pense que les gens qui se sont abstenus l’ont fait pour ne pas voter Non. Pour étayer ses propos, il déclare : « Ceux qui étaient convaincus des 15 points sont partis voter. Ceux qui étaient sceptiques n’ont pas voté. Donc, on peut les classer dans le camp du Oui parce que préférant ne pas voter. Et, ceux qui ont voté Non ont eu leur raison », précise Niokhobaye Diouf. Avant de poursuivre : « Mais, la plus grande partie de ces personnes qui ont votées Non ne l’ont pas fait en considération de la proposition. Car, le débat n’était pas tourné autour du contenu des 15 points. Ils ont juste retenu l’opposition sur 2 ou 3 points qui leur semblait répondre à leur préoccupation notamment la question du mandat et celle relative aux nouveaux droits. Le débat n’a pas été franc mais, un débat politicien autour de ces questions. »

Le bilan qu’on peut tirer du référendum du 20 mars dernier

S’agissant du bilan qu’on peut tirer du dernier référendum, M Diouf renseigne précise : « Le scrutin a été émaillé sur l’ensemble du territoire d’une paix générale et d’une sérénité. C’est l’occasion de saluer la grandeur des militants et leurs soucis de responsabilité qui a fait que chacun a voté calmement en respectant le jeu démocratique tout en attendant les résultats. Pour ceux qui n’ont pas pu aller voter pour des raisons multiples les encourager davantage à être conscients que le vote est un jeu démocratique. Et, la participation de tous les citoyens est une nécessité pour renseigner du niveau et du degré d’adhésion à un projet tel que celui de la Constitution qui a été proposé par le président de la République ».

Toutefois, il estime qu’à travers ce référendum, les Sénégalais ont plébiscité à travers le Oui le président de la République. « Aujourd’hui, nous assistons à une nouvelle cartographie politique. Là où, au moment des élections locales, l’opposition avait gagné dans beaucoup de bureaux de vote assurant un leadership présumé ; aujourd’hui, le peuple a fait savoir et comprendre que c’est la personne du Président qui a été élue et plébiscitée en 2012 en qui elle renouvelle sa confiance », martèle Niokhobaye Diouf selon qui, en votant pour le Oui, les Sénégalais ont fait comprendre au Président Sall qu’ils ont perçu son message à travers ses réalisations (Pse, développement politique et social, entre autres).

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15