Accueil / ACTUALITES / Nomination de Soumaré : Wade cherche à calmer les inquiétudes des bailleurs de fonds

Nomination de Soumaré : Wade cherche à calmer les inquiétudes des bailleurs de fonds

L’inquiétude était grandissante chez les bailleurs de fonds et partenaires au développement avant la formation du nouveau gouvernement. Mais la nomination à la Primature de l’ancien ministre délégué au Budget est un gage de sécurité pour les bailleurs de fonds.

Source : Walfadjri
Le déficit budgétaire de 2006 est source d’inquiétude des bailleurs de fonds, notamment le Fmi, la Banque mondiale, l’Agence française de développement, la France, le Japon, les Etats-Unis, etc. Des bailleurs et partenaires au développement qui risquaient de ne plus avoir confiance aux méthodes de gestion des finances publiques. Le Fmi avait d’ailleurs tiré la sonnette d’alarme. Et pour cause ! Son représentant ne voulait pas laisser des doutes : ‘La situation budgétaire au Sénégal aujourd’hui nous inquiète. Le déficit budgétaire en 2006 a doublé par rapport à 2005, et les perspectives pour 2007 ne sont pas encore trop prometteuses. Mais sans les efforts constants du ministre des Finances, qui se bat constamment au sein du gouvernement pour faire respecter les équilibres budgétaires, nous serions aujourd’hui dans une situation beaucoup plus inquiétante et difficile à corriger’, déclarait, à travers nos colonnes, Dr. Alex Segura.

De 136 milliards de francs, le déficit budgétaire est passé à 272 milliards de francs l’année dernière. La même source chiffre le déficit de 2006 à 6 % du Produit intérieur brut, contre 3 % un an plus tôt (voir Walf du 1er juin 2007). Le niveau des subventions dans le secteur de l’énergie pèse de manière insupportable sur le budget de l’Etat. En 2006, les subventions directes ou indirectes à la Senelec, à la Société africaine de raffinage (Sar) et celles sur les prix du gaz butane ont coûté à l’Etat près de 150 milliards de francs. Les récentes augmentations des salaires dans la fonction publique et leur impact sur le déficit budgétaire sont une source de préoccupation pour le Fonds monétaire international, qui projette déjà une augmentation de la masse salariale pour 2007 qui pourrait dépasser 330 milliards de francs, soit 20 milliards de plus que les prévisions du Budget 2007.

Avec l’ancien ministre délégué au Budget à la Primature, le président Wade ambitionne de redorer le blason des finances publiques. Le successeur de Macky Sall, qui a choisi comme secrétaire du gouvernement, l’ancienne directrice de la Solde, des Pensions et des Rentes viagères, Mme Fatou Diagne, a confirmé son ancien patron à Peytavin. Comme cerise sur le gâteau, Ibrahima Sarr est nommé ministre délégué au Budget. L’ancien directeur de cabinet de M. Soumaré est ainsi en terrain connu.

Un signal fort est ainsi lancé aux bailleurs de fonds qui se préoccupaient d’un meilleur cadrage économique et un rééquilibre budgétaire. M. Alex Segura du Fmi n’avait pas caché son dévolu sur le ministre de l’Economie et des Finances. Par sa voix, les bailleurs de fonds ont renouvelé leur confiance à Abdoulaye Diop. D’après le représentant résident du Fonds monétaire international à Dakar, le ministre des Finances a la confiance des grandes institutions internationales et des bailleurs de fonds, grâce à son esprit d’ouverte collaboration et ses efforts constants pour améliorer la transparence et l’efficacité des finances publiques au Sénégal. En particulier, le Dr Segura soulignait que le ministre de Finances a sans aucun doute le soutien inconditionnel du Fmi, de la Banque mondiale et des ‘majors’ de la communauté des bailleurs de fonds : La France, les Etats-Unis et l’Union européenne.

Il affirme que la dégradation des finances publiques en 2006 devrait être conjoncturelle, liée au choc pétrolier et au cycle électoral. Et il n’a pas de doute que le ministre des Finances sera capable de rétablir rapidement la discipline budgétaire qui avait fait du Sénégal un pays fortement respecté dans l’Afrique subsaharienne.

Sur un autre registre, les difficultés enregistrées par les secteurs moteurs de l’économie sénégalaise, notamment ceux qui contribuent de manière significative aux exportations du pays (phosphates, pêche, et arachide) se sont combinées au renchérissement des importations énergétiques pour creuser encore davantage le déficit commercial. Celui-ci a augmenté de 127 milliards par rapport en 2005 pour atteindre 19,3 % du Pib en 2006 contre 15,4 % en 2005. Ce déficit de la balance des biens a été en partie compensé par une augmentation des transferts courants répertoriés, privés notamment, de 80 milliards. Au total, le déficit courant s’est élargi de 8,4 % du Pib en 2005 à 12,9 % en 2006.

L’aggravation des déséquilibres extérieurs est imputable en 2006 à la conjonction de facteurs très défavorables, spécifiquement néfastes pour les performances extérieurs du pays. En 2007, le déficit courant pourrait être réduit à environ 11 % du Pib si les cours du pétrole demeurent à leur niveau de fin 2006. La balance commerciale a enregistré un déficit de 121,5 milliards de francs au mois de mars dernier, indique la note de conjoncture mensuelle de la direction de la Prévision et des Etudes économiques. Evalué à 94,4 milliards de francs en février dernier, le déficit a connu une hausse de 27,1 milliards.

Le nouveau gouvernement hérite donc d’un déficit budgétaire abyssal. Et cela, au moment où le pays négocie avec le Fmi un accord pour un programme sans décaissement. Autrement dit, un programme qui permettra au Fmi de scruter les finances publiques du Sénégal. Les négociations sont d’ailleurs prévues au mois prochain.

Les objectifs fondamentaux assignés aux programmes économiques sont les mêmes : le rétablissement des grands équilibres, la maîtrise de l’inflation et la réalisation d’une croissance économique saine et durable. Une mission confiée à la nouvelle équipe avec comme capitaine, un inspecteur du Trésor qui a été le bourreau des syndicalistes dans les négociations liées aux questions pécuniaires.


À voir aussi

Urgent: Accident à Yoff : Plusieurs blessés

Un taxi qui roulait à vive allure a terminé sa course sur des passants, près …

Touba: Macky reçu par Serigne Mountakha

Macky Sall était ce weekend à Touba. Il a rencontré hier, dimanche 19 août, le …