Accueil / Education / Non paiement de leurs salaires Les  vacataires de l’Ucad menacent de marcher sur le Palais

Non paiement de leurs salaires Les  vacataires de l’Ucad menacent de marcher sur le Palais

Le Collectif des enseignants vacataires du supérieur (Cevas) a tenu, hier, un sit-in devant l’Agence comptable principale de l’université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar. Ses membres menacent de marcher jusqu’au Palais si leurs salaires ne sont payés.

« Ce qui se passe à l’Université est lamentable et déplorable. Et, nous disons à l’Etat du Sénégal qu’on ne peut pas former des sénégalais jusqu’à ce niveau et les traiter comme des esclaves. C’est inadmissible et inacceptable », a déclaré Dr Babacar Mar, Sg du Collectif des enseignants vacataires du supérieur (Cevas). Selon lui, 500 millions de francs Cfa est la somme que l’Etat du Sénégal doit aux 3000 enseignants titulaires, restés 7 mois sans recevoir leur salaire d’enseignants vacataires du Supérieur. Ainsi, ils menacent de marcher jusqu’au Palais si toutefois le gouvernement ne réagit pas dans les prochains jours. « Aujourd’hui, tout le monde doit se poser cette question. Est-ce que l’Etat du Sénégal regarde l’Education qui est de nos jours malmenée ? Les enseignants sont tous démotivés. La situation est vraiment difficile. Pour le second semestre qui ne fait même pas 3 millions, l’Etat peine à payer cela », a-t-il fait savoir. Cependant, le Syndicat autonome de l’Enseignement supérieur (Saes) déplore que les universités publiques votent des budgets en déficit, année après année. La situation des enseignants vacataires en prend un sacré coup. Considérés comme des chevilles ouvrières, les vacataires de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) n’en peuvent plus. Ils sont nombreux ces enseignants chargés des travaux dirigés (Td) à exercer dans les différentes facultés, à vivre une précarité extrême. Par ailleurs, le Saes déplore la situation actuelle de ces enseignants et exige de l’Etat une réparation immédiate et sans délai. « Dans les décisions présidentielles de la concertation nationale, il y a un engagement ferme qui a été prise par le Président de la République, à savoir un recrutement de 300 enseignants, échelonné sur 3 ans. Et on est sur 3 ans sans enseignants. Il l’on fait une année et par la suite ils ont arrêté. Ce n’est pas sérieux », a dit le coordonnateur du Saes à l’Ucad, Ibrahima Dali Diouf.

Khady Thiam COLY

À voir aussi

Audience avec Macky : Les étudiants de Saint-Louis démentent la « presse du Palais »

Une certaine presse a indiqué ce mercredi que les étudiants reçus ce mardi 22 mai …

Enseignement supérieur : Plaidoyer pour une gestion rationnelle de l’écosystème marin

  Le directeur général de la recherche et de l’innovation du ministère de l’Enseignement supérieur, …