POLITIQUE

NON-RESPECT DE L’OBLIGATION DE RÉSERVE Moustapha Diakhaté ‘’vote’’ pour la criminalisation du déballage 

  • Date: 4 octobre 2016

Le  Président du Groupe parlementaire de Benno Bokk Yakaar n’a pas mâché ses mots face aux révélations de Ousmane Ngom sur la volonté de Wade de confisquer le pouvoir  après sa défaite en 2012. Moustapha Diakhaté prône ainsi une loi qui criminalise le déballage.

 La sortie d’Ousmane Ngom a créé une onde de choc au sein de la classe politique qui n’exclut pas une démarche générale de moralisation de la vie publique dans notre pays. Contrairement à certains de ses frères et sœurs de parti (APR) qui ont sauté sur l’occasion pour tirer sur la divinité libérale, le président du Groupe parlementaire BBY, s’insurge contre ces ‘’déballages’’ qui, selon lui,  ne rendent pas service à la République. Horripilé et abasourdi par la sortie de l’ex ministre de l’intérieur de Wade, Moustapha Diakhaté prône une loi contre le déballage de nos hommes politiques. Il va même plus loin en précisant qu’il faut des peines de prison sanctionnant le non-respect de l’obligation de réserve pour protéger l’Etat et ses institutions. ‘’Il urge impérativement d’ajouter, aux dispositions du code pénal, de nouvelles incriminations telle que la criminalisation du déballage, du non-respect de l’obligation de réserve avec de longues peines de prison, de lourdes amendes et interdiction à vie d’occupation de tout poste public électif ou nominatif », plaide-t-il sa page Facebook. Mieux il est nécessaire de modifier ledit Code pour prévoir la criminalisation du déballage. Ce sont les plus grosses menaces qui pèsent sur notre pays », ressasse-t-il. Pour cause, dira le parlementaire, le déballage est en train de prendre des proportions inquiétantes sous nos cieux. C’est pourquoi, il faut tout faire pour le criminaliser».  A son avis, cette pratique est contraire à nos us et coutumes et doit être bannie de l’espace politique. Il a cité le  Parti socialiste  comme référence et qui doit servir d’exemple aux hommes politiques car, après près d’un demi-siècle de règne, «on n’a jamais assisté à ce que nous sommes en train de vivre actuellement». Donc, soutient-il, la solution pour éviter de voir le Sénégal s’embourber dans des révélations à n’en plus finir, serait de de mettre sur pied «des amendes lourdes et des interdictions définitives d’occuper une fonction élective ou nominative à vie pour toute personne prise en flagrant délit de déballage ou de non observation des règles de l’éthique de l’Etat». A signaler que cette réaction de Moustapha Diakhaté fait suite aux révélations de Ousmane Ngom sur comment le président de la République Abdoulaye Wade a vécu sa défaite au  soir du 25 mars 2012, au deuxième tour de la Présidentielle. Me Ousmane Ngom accusait Wade d’avoir voulu confisquer la victoire du Président Macky Sall.

M BA

1 Comments

  1. Avec lui on va droit dans le mur. Je poserais toujours la question de savoir comment un homme aussi étroit d’esprit peut il avoir une attention aussi large auprès de médias???
    Il faudra bien que l’on me l’explique un jour

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15