Accueil / SOCIETE / Non-respect des promesses Les travailleurs de Dakar-Bamako en grève pour 48 heures

Non-respect des promesses Les travailleurs de Dakar-Bamako en grève pour 48 heures

Les travailleurs de Dakar-Bamako Ferroviaire ont décrété une grève de 48 heures pour protester contre le non-respect des promesses de l’Etat.

« A la suite de la résiliation des contrats de concession du 7 mars 2015, les États du Mali et du Sénégal se sont engagés à mettre en place un comité de transition pour 6 mois, ou au maximum 1 an, afin de trouver des moyens pour l’accompagnement de la transition », a déclaré  Mame Mbaye Tounkara, secrétaire général du Sutrail. Selon lui, la situation et la crise qui sévissent actuellement au sein de leur entreprise commence à perdurer. « le Président Macky Sall nous avait reçus à la gouvernance lors du référendum pour nous confirmer qu’il allait résilier le contrat de concession de Transrail et mettre en place Dakar-Bamako Ferroviaire (DBF) », a-t-il fait savoir. Ainsi, M. Tounkara de souligner que le chef de l’Etat avait promis de donner les moyens pour reprendre les activités et redynamiser le secteur. «Mais malheureusement, aujourd’hui, nous constatons une déception totale de la part des travailleurs. Parce que nous ne nous contentons pas de percevoir à chaque fin du mois nos salaires, étant donné que nos services sont actuellement réduits de 60%», a-t-il dit.

Mame Mbaye Tounkara dit attendre du gouvernement les moyens nécessaires pour faire leur propre production afin de prendre en charge leurs salaires. « A la suite de plusieurs promesses non tenues, nous n’avons plus de machines de locomotive pour prendre la traite et l’amener à bon port. Aujourd’hui, la seule machine que nous avons est une machine malienne. Nous avons décrété une grève de 48 heures, du 5 au 7 avril à 00 heure », a-t-il laissé entendre. Cependant, le secrétaire général du Sutrail d’appuyer que les travailleurs interpellent le Président de la République à trouver une solution afin de régulariser les salaires qui, selon eux, doivent être un droit et un acquis. «Nous demandons également au président de vraiment nous dire s’il compte enterrer DBF à la place du Ter. Il doit également nous dire dans quel cimetière il va nous enterrer», a dit M. Tounkara.

Khady Thiam COLY

À voir aussi

Acte contre nature: Deux garçons et deux filles arrêtés à Liberté 4

Une rocambolesque affaire d’actes contre nature a secoué, ce week-end, le quartier liberté 4 situé …

Kébémer: Les milieux interlopes nettoyés …

Les flics et les pandores de Kébémer traquent quotidiennement ceux qui vivent en marge de …